La Banque de France donne 3 raisons pour lesquelles le bitcoin n'est pas une monnaie

La Banque de France donne 3 raisons pour lesquelles le bitcoin n'est pas une monnaie

Valeur de différentes crypto-monnaies sur une plateforme d'échange à Seoul, en Corée du Sud. REUTERS/Kim Hong-Ji

  • Il y a trois critères pour pouvoir déterminer si un actif est une monnaie, a rappelé la Banque de France.
  • Le bitcoin et les crypto-actifs dont on parle souvent ne les remplissent pas.
  • En France, seul l'euro est considéré officiellement comme une monnaie.

La Banque de France considère que le bitcoin n'est pas une monnaie. 

Dans une note publiée le 5 mars 2018 appelée "l'émergence du bitcoin et autres crypto-actifs: enjeux, risques et perspectives", les analystes donnent trois caractéristiques que les "crypto-actifs" devraient réunir pour être considérés comme une monnaie, mais qu'ils n'ont pas:

  • Être une unité de compte; or très peu de prix sont exprimés en bitcoins.
  • Être un intermédiaire d'échange; or les crypto-monnaies sont si volatiles qu'il est difficile de payer avec, et il y a des frais de transactions très élevés par rapport aux monnaies classiques.
  • Être une réserve de valeur, or les crypto‑actifs émanent de "puissances de calcul informatique" et n'ont "pas de sous-jacent réel".

La Banque de France préfère ainsi parler de crypto-actifs que de crypto-monnaie.

La note rappelle également que seul l'euro est reconnu en France comme étant une monnaie "ayant cours légal". Les crypto-actifs ne sont pas reconnus officiellement, donc ils peuvent être refusés en paiement.

Dans un entretien au quotidien suisse le Temps en novembre 2017, Jean-Claude Trichet, l'ancien président de la Banque centrale européenne, affirmait déjà que le bitcoin n'était "pas une monnaie": 

"Le bitcoin peut être un instrument de compte et d'échange, mais pas de conservation de valeur, il n'y a qu’à voir les variations des prix, c'est un instrument de spéculation. Pourquoi pas, mais alors ce n'est pas une monnaie. Une monnaie méritant ce nom doit être sous la garde d'une institution qui assure le contrôle de son émission et qui se sent responsable de sa crédibilité."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le banquier qui a 'signé tous les billets en euros' dit que le concept derrière le bitcoin est un 'progrès extraordinaire'

VIDEO: On a testé pour vous une masterclass où l'on fabrique des sucettes

  1. Alphonse Dutronc

    Cette analyse montre une méconnaissance flagrante du Bitcoin ou une mauvaise foi douteuse…

    " Être une unité de compte; or très peu de prix sont exprimés en bitcoins. "
    C'est trompeur… De plus en plus de sites proposent de payer en BTC ainsi que des enseignes 100% concrètes (magasins, restaurants, etc…). Lorsque la CB est arrivée, tout le monde ne l'a pas accepté du jour au lendemain (même aujourd'hui certains magasins refusent la CB). Il faut laisser un certain d'adaptation technologique et culturel pour que le BTC se démocratise.

    " Être un intermédiaire d'échange; or les crypto-monnaies sont si volatiles qu'il est difficile de payer avec (…)"
    Comme dit plus haut, il est de plus en plus possible de payer en BTC, donc encore une fois, c'est faux ou trompeur…

    " Être une réserve de valeur, or les crypto actifs émanent de "puissances de calcul informatique" et n'ont "pas de sous-jacent réel". "
    C'est encore une fois faux. La valeur du Bitcoin ne provient pas de la puissance de calcul. Il y a là une confusion flagrante. La puissance de calcul sert à sécuriser le réseau Bitcoin, à lui donner de la confiance.
    Ce qui donne de la valeur au Bitcoin, c'est ce que les acheteurs/vendeurs leur en accordent. Si vous possédez 1 000 000 € ; vous serez très riches en France. Partez avec ce pactole dans un petit village perdu en Chine. Il ne vous sera d'aucune utilité. La valeur de l'euro, tout comme celui du BTC dépend donc bien uniquement de ce que les gens leur en accordent.

    Je vois dans cette analyse une vraie volonté de nuire de la part de la Banque de France. Une pure calomnie. Ou tout simplement un manque de compétence et d'expérience sur les sujets monétaires. Affligeant.

  2. Flo

    Que du bonheur, des économistes de la vieille économie qui ne servent plus à rien à la bdf depuis l'avènement de la BCE. Ils défendent leur biftek comme ils peuvent. Ils ont certainement sû expliquer la valorisation de facebook et instagram il y a 4 ans avec leur vieux schéma de pensée, ces visionnaires. Le Bitcoin c'est la CONFIANCE à l'état pur, et ces messieurs des banques centrales, il y a bien longtemps que personne ne leur fait plus confiance...

Laisser un commentaire