Ryan Gosling

Ryan Gosling dans "The Big Short". YouTube/Paramount Pictures

Les salariés "preneurs de risques" au sein des banques — appelés MRT — gagnent au minimum 500.000 euros par an. Certains gagnent beaucoup plus, mais plus rarement en Europe.

Selon les données provisoires consultées par Reuters, le nombre de MRT qui gagnent plus d'un million d'euros ou de livres au sein des quatre grandes banques européennes — HSBC, Deutsche Bank, Standard Chartered et Barclays — a baissé de 32% en 2016. Ce nombre est passé l'an dernier de 1740 à 1183, selon une étude de Reuters.

Chez HSBC par exemple, le nombre de MRT qui touchent entre un et deux millions d'euros est désormais de 266 collaborateurs, après avoir chuté de 21%. La première banque d'Europe remporte toutefois la palme de la rémunération individuelle la plus élevée, évaluée à 10-11 millions d'euros. 

Voici les principales raisons qui expliqueraient cette baisse des rémunérations des MRT en Europe:

  • Les salariés MRT ont une marge de manoeuvre plus réduite pour négocier leur salaire, depuis la crise financière de 2008 qui a conduit à la suppression de milliers d'emplois dans le secteur.
  • Selon Kennedy Group, le moral des banquiers est actuellement bas, en particulier en Europe. Ils renoncent à faire des efforts supplémentaires pour obtenir un important bonus, comme par exemple, travailler pendant les weekends.
  • Les opportunités de promotion sont plus rares qu'autrefois, ce qui freine la hausse des salaires.

Malgré des taux d'intérêt et des conditions de marché qui semblent s'améliorer, cette tendance à la baisse devrait se poursuivre. Et ce pour deux raisons: les banques européennes doivent maîtriser leurs coûts et respecter un plafond qui limite les primes à deux fois les salaires fixes.

Ces données provisoires consultées par Reuters ne sont pas complètes — Société Générale et BNP Paribas devraient publier leurs données sur la rémunération des MRT d'ici fin mai  — et peut-être biaisées par la situation de Deutsche Bank. 

Impliquée dans plusieurs scandales financiers (le blanchiment d'argent russe, la manipulation des taux interbancaires et la crise des emprunts immobiliers toxiques), la première banque allemande a subi une restructuration massive qui s'est traduite par l'annonce de 9000 suppressions d'emplois et le gel des bonus pour de nombreux employés.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 5 plus grandes banques françaises ont déclaré en moyenne 1 euro sur 7 de bénéfices dans des paradis fiscaux en 2015

VIDEO: Voici quelques conseils pour prévenir la fatigue visuelle