Les startuppeuses françaises doivent lever de l'argent plus souvent pour briser le plafond de verre, montre une étude de KPMG et StartHer

Julia Bijaoui, 28 ans, cofondatrice et présidente de Frichti. Twitter

En 2017, les levées de fonds d'entreprises tech dirigées par des femmes ont représenté 14,5% des tours de table et 7% du montant levé, soit 142,5 millions d'euros, selon la dernière édition du Baromètre StartHer-KPMG publié ce 20 mars 2018.

Cela représente une hausse de 13% sur un an, tirée essentiellement par l'augmentation du nombre de tours de table, car le ticket moyen est en baisse et l'écart entre hommes et femmes se creuse.

En moyenne, les startuppeuses ont levé 1,5 million d'euros en 2017 contre 3,2 millions pour les hommes. En 2016, le ticket moyen s'élevait à 1,8 million d'euros contre 3,6 millions pour les hommes.

La plus importante levée féminine de l'année a été réalisée par Frichti, qui a levé 30 millions d'euros.

Mais l'écart — important jusqu'en série A — s'efface par la suite, a souligné Audrey Soussan, principal chez Ventech et membre de StartHer, lors de la présentation de l'étude mardi soir. "Après, il n'y a plus ce biais de comportement de femmes qui pensent que leur besoin de trésorerie est moindre."

Ainsi, si le ticket moyen au premier tour chez les femmes est moitié moindre (3,5 millions d'euros) que chez les hommes (6,9 millions d'euros), cet écart n'est plus que de 4% au deuxième tour (12,6 millions contre 13,1 millions d'euros).

L'étude souligne aussi une apparente corrélation entre nombre des levées de fonds et confiance des femmes entrepreneurs:

"Des entretiens avec les dirigeantes confirment que le possible manque de confiance en soi au moment des levées est surtout présent en phase d'amorçage et disparaît post série A."

En 2017, 84% des levées féminines sont en amorçage, souligne l'étude qui "note une légère surreprésentation de l'amorçage par rapport au premier tour au sein des projets féminins illustrant la vigueur de la création d'entreprise féminine et le rattrapage qui s'opère."

Quels que soient les tours: "les femmes nous disent qu'elles obtiennent le ticket qu'elles demandent", a affirmé Audrey Soussan.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On vous présente les 10 startups fondées par des femmes à suivre en 2017 selon StartHer

VIDÉO: On a visité le nouvel Apple Store des Champs-Élysées