En marge de la flambée des carburants, E.Leclerc, Carrefour et leurs concurrents se livrent une bataille sur les prix à la pompe

En marge de la flambée des carburants, E.Leclerc, Carrefour et leurs concurrents se livrent une bataille sur les prix à la pompe

Automobiliste se servant de diesel dans une station service à Nice, le 12 octobre 2018. REUTERS/Eric Gaillard

Les prix des carburants n'en finissent pas d'augmenter. Avec la hausse du prix du baril et celle de la fiscalité, le sans-plomb 95 s'affichait en moyenne à 1,556 euros et le diesel à 1,522 fin octobre selon l'UFIP, l'Union française des industries pétrolières.

Depuis le 1er janvier, le prix moyen à la pompe a bondi de 18,3% pour le diesel et de 10,5% pour l'essence, et la hausse ne va pas s'arrêter là. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, a confirmé ce lundi les nouvelles hausses de taxes prévues en 2019, le diesel sera taxé de 6 centimes supplémentaires et l'essence de 3 centimes et de son côté, le Président de la République, Emmanuel Macron, a déclaré qu'il assumait cette hausse de la fiscalité. 

Face à cela, la bronca des automobilistes s'organise. De nombreuses opérations escargots et blocages de routes sont prévus le 17 novembre. En parallèle, une pétition en ligne réclamant une baisse des prix a déjà été signée par plus de 750.000 personnes.

Surfant sur cette mobilisation, les magasins E.Leclerc ont frappé les premiers en proposant leurs carburants à prix coûtants lors du long weekend de la Toussaint. Une opération qui a donné des idées à Carrefour qui a dégainé ce matin son offre les "Jours carburants", sur une période jusqu'au 17 novembre. 

La réaction de E.Leclerc ne s'est pas faite attendre, et Michel-Edouard Leclerc a annoncé ce matin également la prolongation de l'opération de vente à prix coûtant jusqu'à la fin du mois. 

"Il faut savoir choisir son camp. Celui qui tire la croissance, c'est le consommateur, et aujourd'hui cette grogne est légitime. Il faut y répondre", a expliqué Michel-Edouard Leclerc, sur France info.

Et au passage s'assurer un afflux plus important de clients qui, après avoir fait leur plein, poursuivront jusque dans les rayons des magasins.

Les opérations de Leclerc et Carrefour ont fait des émules. Lundi soir c'était au tour du groupe Casino de leur emboîter. Dans un communiqué, il annonce une opération intitulée "le plein des bonnes affaires" dans ses hypermarchés Géant Casino. Pendant deux semaines, du 7 au 18 novembre, les clients se verront offrir un bon d'achat de 5 euros pour tout achat de carburant. L'enseigne annonce aussi qu'elle vendra son carburant à prix coûtant pendant les deux prochains weekends.

Intermarché aussi est entré dans la danse. Son directeur général, Thierry Cotillard l'a affirmé ce mardi sur Europe 1: "à partir de vendredi et jusqu’à la fin de l’année, on aura des carburants à prix coûtant tous les week-ends dans les supermarchés qui souhaitent participer".

Auchan a répliqué dans la foulée. "A partir du mercredi 7 novembre et jusqu’au 17 novembre 2018, les carburants seront vendus à prix coûtant dans les 252 stations-service sous enseigne Auchan, en hypermarchés et en supermarchés", a annoncé l'enseigne.

Quant à Système U, un porte-parole, dont les propos ont été relayés sur RTL, a indiqué qu'il "n'existait pas de mot d'ordre national" et que chaque adhérent était libre "localement" de vendre son carburant à prix coûtant ou non. Il a précisé toutefois que les marges pratiquées par la grande distribution sur le carburant sont toujours très faibles, "de l'ordre de 1 à 2 centime d'euros par litre".

Avec des prix coûtant, l'automobiliste économise donc entre 40 et 80 centimes pour un plein de 40 litres. Autant dire, que ça ne coûte pas très cher au distributeur pour une telle communication. 

Cet article a été mis jour suite au communiqué du groupe Casino publié le 5 novembre au soir, puis le 6 novembre suite à l'interview de Thierry Cotillard et le 7 novembre après les déclarations d'Auchan et Système U.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le gouvernement veut plus d'argent pour vous encourager à passer à une voiture propre — et c'est aux constructeurs de payer

VIDEO: Bienvenue à bord d'une croisière de luxe en avion — un séjour dure 27 jours et coûte 159.000$ par personne

  1. PIERRE GIMIE

    En tout cas ce qui est sur c'est que notre Macron national lui paiera comptant (ou non...content) dans les urnes !

  2. Jacques Pierre ZAUGG

    Bonne action de la part des grands distributeurs, mais le problème reste, nous finiront par payer le prix fixé par l'état.

Laisser un commentaire