Benoît Hamon considère que les voitures autonomes menacent notre libre-arbitre

Benoit Hamon, candidat du Parti Socialiste (PS). REUTERS/Lionel Bonaventure

Benoît Hamon n'a jamais caché son projet de taxer les robots s'il était élu président de la République.

Le candidat victorieux de la primaire à gauche a précisé quelque peu ses idées en matière d'innovation technologique dans un entretien à Buzzfeed News France et trois youtubeurs, mardi 18 avril 2017.

Il a notamment parlé des voitures autonomes, que de nombreux géants de la tech sont en train de développer — de Uber à Tesla en passant par Google et sa filiale Waymo. Pour le candidat du Parti socialiste (PS), ces voitures sans chauffeur "enlèvent l'autonomie du libre-arbitre" des citoyens.

"Demain, la voiture sans chauffeur qui décidera à ma place des endroits où je passe, c'est un peu la même chose que quand on est invité à acheter tel ou tel film... On vous amène vers ce qui fonctionne le mieux, mais on vous enlève l'autonomie du libre-arbitre."

Cette inquiétude envers les voitures autonomes s'inscrit dans un questionnement plus large que Benoît Hamon résume avec la question "qui guide nos existences?".

Il cite l'intellectuel biélorusse Evgeny Morozov, auteur de "Pour tout résoudre, cliquez ici" (éditions FYP), qui se demande si "une application peut suffire à résoudre tout problème". L'objectif étant de s'interroger dans la part future que joueront les entreprises privées par rapport à l'Etat dans la vie des citoyens.

Benoît Hamon s'est également dit "satisfait" que de nombreux chauffeurs de VTC demandent des compensations à Uber, parlant des taxis victimes dans certains cas de "concurrence déloyale".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Benoît Hamon explique ce qu'il veut dire par 'taxer les robots' — et cela révèle quelque chose d'inquiétant pour l'emploi

VIDEO: Ce Boeing 787 à 300M$ ne ressemble à aucun autre jet privé