Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Bercy parvient à remettre la main sur 640 M€ de fraude fiscale grâce à un algorithme sophistiqué

Bercy parvient à remettre la main sur 640 M€ de fraude fiscale grâce à un algorithme sophistiqué
© Flickr/Fred Romero

Bercy affine ses recherches pour lutter contre la fraude fiscale et retrouver les contribuables qui omettent de s'acquitter de leurs impôts. Et cette traque paie. Le ministère de l'Economie est parvenu à récupérer pas moins de 640 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année grâce à un algorithme, selon Europe 1. Une technique, baptisée "datamining" (fouille de données), permet à des ordinateurs de croiser des milliards d'informations issues d'énormes bases de données pour repérer des irrégularités.

Cet outil a été renforcé il y a un an grâce à un investissement de 20 millions d'euros dans des logiciels pour analyser et trier les masses de données contextuelles. Dévoilé il y a deux ans, l'algorithme CFVR, pour ciblage de la fraude et valorisation des requêtes, se focalisait au départ sur un fichier comprenant 5 millions d'entreprises en France, avant d'intégrer des données sur 37 millions de foyers contribuables, rappelle BFMTV.

Les réseaux sociaux surveillés

Données bancaires, fiscales, sur le patrimoine immobilier, issues de l'Urssaf, de la Sécu... tout un tas d'informations est ainsi examiné et recoupé par l'algorithme de Bercy. Ces contrôles concernent les particuliers mais aussi les entreprises et aboutissent à des milliers de signalements aux services fiscaux locaux. En 2018, 335 millions d'euros avaient ainsi pu être récupérés. Alors que l'année n'est pas encore finie, on s'approche déjà du double récolté en 2019.

Et la lutte contre les fraudeurs devrait encore s'intensifier. Bercy entend à présent scruter les posts sur les réseaux sociaux, comme Facebook, Twitter ou Instagram, mais aussi sur des plateformes comme Le Bon Coin, eBay ou Amazon afin de repérer des incohérences. Par exemple, une personne déclarant habiter en Suisse mais postant régulièrement des photos d'elle à Toulouse ou à Paris pourra potentiellement être détectée.

Un article du projet de la loi de finances pour 2020 prévoit une expérimentation de trois ans de l'administration fiscale et des douanes pour collecter et exploiter ce type de données postées sur les réseaux sociaux.

Découvrir plus d'articles sur :