L'ex-Maison du Bitcoin peut désormais conseiller les investisseurs en crypto-monnaies — et c'est un premier pas vers la régulation du secteur

Coinhouse 

“Bonjour, quelle serait la meilleure stratégie de placement en cryptomonnaies avec mes 4.000 euros ?” Désormais, il est possible de poser cette question en poussant la porte de Coinhouse, le courtier en cryptomonnaies (ex-Maison du Bitcoin) ayant pignon sur rue à Paris.

Jusqu’à présent, il fallait savoir dans quelle valeur on voulait investir et le personnel n’avait pas le droit de vous conseiller. Mais c’est désormais révolu : la maison-mère Arizen a obtenu vendredi dernier le statut de conseiller en investissements financiers.

En vigueur depuis 2003, ce statut reconnu par l’Autorité des marchés financiers (AMF) vise à renforcer la protection des investisseurs. Tout détenteur est ainsi soumis à un certain nombre d’obligations et d’interdictions. Parmi elles, l’adhésion à une association professionnelle et la souscription à une assurance le couvrant contre les conséquences de sa responsabilité civile en cas de manquement à ses obligations. Il se doit aussi d’agir de manière honnête, loyale et professionnelle.

Coinhouse obtient ainsi plus de légitimité pour travailler avec les acteurs traditionnels de l’industrie financière : banques, assurances, sociétés de gestion, fonds, conseillers en gestion de patrimoine.

Selon Coinhouse, de plus en plus d’investisseurs institutionnels voient dans les cryptomonnaies une nouvelle classe d’actifs. Le courtier pourra ainsi conseiller sur une diversification d’un portefeuille d’investissement, mais aussi proposer d’investir dans des fonds dédiés aux cryptomonnaies. “Il est crucial pour l’industrie des crypto-actifs d’avoir des acteurs français compétents, responsables, encadrés et formés, c’est un premier pas vers nos autorités de régulation “, explique Sandrine Lebeau, responsable de la conformité du groupe.

La grande régulation des plateformes d’échange de cryptomonnaies se fait toujours attendre. Celle-ci pourrait voir le jour en début d’année 2019. L’absence de cadre engendre de nombreuses difficultés pour les professionnels du secteur, comme le refus de relations bancaires (Coinhouse a été contraint d’ouvrir son compte en Allemagne). Ces derniers sont incités à rejoindre d’autres pays plus ouverts, comme la Suisse.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le bitcoin chute sous les 6500$

VIDEO: Ce vélo connecté futuriste par abonnement débarque en France