Les Russes ont très bien accueilli le service français de covoiturage. Ici des supporters pendant la Coupe du monde, à Moscou, 1er juillet 2018. REUTERS/Maxim Shemetov/File Photo

  • BlaBlaCar vient de racheter son principal concurrent en Russie, Beepcar.
  • La voie est libre pour la plateforme française de covoiturage, qui se prépare à générer du chiffre d'affaires dans le pays, son premier marché en nombre d'utilisateurs.
  • Les premières recettes pourraient être engrangées dès 2019 ou 2020, confie Nicolas Brusson, DG de BlaBlaCar, à Business Insider France.

BlaBlaCar dispose d'une situation enviable en Russie, où la plateforme de covoiturage française s'est lancée en 2014. Avec 15 millions d'utilisateurs, BlaBlaCar contrôle près de 90% de marché, selon son cofondateur et directeur général Nicolas Brusson.

Cette nette avance n'a pas empêché la licorne française de dire oui quand l'opportunité s'est présentée de faire l'acquisition de son principal concurrent, Beepcar — lancé il y a près de deux ans par Mail.Ru, un des poids lourds de l'internet russe avec Yandex — pour un montant non divulgué. 

Mail.ru était à l'initiative des discussions, assure Nicolas Brusson, au lendemain de l'annonce, à Business Insider France. Elle confirme néanmoins l'importance du marché russe, notamment en tant que future source de chiffre d'affaires pour BlaBlaCar, qui compte depuis septembre 2016 le fonds russe Baring Vostok parmi ses investisseurs

Actuellement les activités russes de BlaBlaCar ne génèrent pas de recettes. Le service est bien payant pour les passagers mais la plateforme ne prélève pas de commission sur le montant reversé au conducteur. "Il s'agit de créer l'usage d'abord", détaille Nicolas Brusson. La taille du territoire et l'état du réseau de transport dans le pays ont créé un terreau fertile pour le service de covoiturage, qui s'est développé entre 2014 et 2016 à l'abri du regard des géants du secteur.

A l'inverse, après près de deux ans d'effort et "plusieurs millions d'investissements" de Mail.ru, Beepcar a échoué à constituer une communauté de taille à rivaliser avec le Français. Et ce dernier peut désormais s'intéresser au deuxième étage de la fusée: la monétisation. 

"Dans un an ou deux, nous entrerons dans la phase du paiement en ligne, qui va fiabiliser le service, et sur lequel nous prélèverons une commission puisque c'est notre modèle économique", confie Nicolas Brusson à Business Insider France.

BlaBlaCar veut passer à cette phase "intelligemment", en s'attachant à trouver "la meilleure manière de monétiser selon les pays". S'il réussit, les recettes pourraient être significatives.

(De g.à dr.): Frédéric Mazzella, Francis Nappez et Nicolas Brusson. BlaBlaCar

En effet, la France est, avec 14 millions d'utilisateurs, le deuxième marché de BlaBlaCar en termes d'activité, derrière la Russie et ses 15 millions d'utilisateurs. Or l'Hexagone est — pour l'heure — le premier contributeur de chiffre d'affaires de la startup cofondée par Frédéric Mazzella, Nicolas Brusson et Francis Nappez en 2006.

Le premier groupe internet russe en audience

BlaBlaCar devrait aussi gagner encore en notoriété en Russie à la faveur de son "partenariat marketing"  prévu par l'accord de cession de Beepcar. Dans ce cadre, BlaBlaCar s'engage à consacrer un minimum garanti de budget publicitaire aux sites web de Mail.ru. Or, ces derniers étaient jusqu'ici exclus des plans média de BlaBlaCar en Russie car Mail.ru possédait un concurrent.

Mais leur audience est incontournable. Mail.ru possède en effet le "Facebook russe", Vkontakte.ru, qui compte près de 100 millions d'utilisateurs actifs par mois ainsi que le réseau social Odnoklassivi, fort de 71 millions de visiteurs uniques par mois. L'application de cartes Maps.me aurait été téléchargée 90 millions de fois selon Mail.ru et intègre déjà le service de réservation d'hotels Booking. L'ensemble de ses propriétés fait du groupe Mail le premier groupe internet de Russie en audience

Beaucoup d'utilisateurs de Beepcar étant déjà sur BlaBlaCar , son nombre d'utilisateurs en Russie ne devrait pas augmenter de manière mécanique. De même, une partie de l'équipe sera redistribuée chez Mail.ru. Pour BlaBlaCar, le rachat Beepcar est donc surtout une façon d'aborder plus sereinement son avenir en Russie, avec Mail.ru dans son camp plutôt qu'en face. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 25 pays les plus puissants du monde

VIDEO: L'odeur de la piscine n'est pas due à un trop-plein de chlore dans l'eau — vous allez être surpris