Les millennials veulent 'investir de manière totalement différente' et le numéro un mondial de la gestion d'actifs commence à s'adapter

Marche pour le climat à Paris, le 13 octobre 2018. REUTERS/Philippe Wojazer

BlackRock prépare l'avenir. Et il devrait notamment se jouer dans l'investissement durable pour le numéro un mondial de la gestion d'actifs, qui totalise plus de 6300 milliards de dollars d'encours. 

La société basée à New York veut adapter son portefeuille aux aspirations de la jeune génération des millennials. 

"Dans la décennie à venir, nous allons assister à un transfert de valeur massif, inédit, de 24.000 milliards de dollars vers les millennials, qui veulent consommer et investir d'une manière totalement différente de leurs aînés", assure Philipp Hildebrand, le vice-président de BlackRock, dans une interview accordée à La Tribune

Selon l'ancien gouverneur de la Banque centrale suisse, le marché des fonds indiciels ESG va "très fortement" croître au cours de la prochaine décennie. Ces fonds répliquent la performance d'indices comme le CAC 40 à la Bourse de Paris, tout en respectent des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

"Il est clair que la prochaine génération d'investisseurs veut agir différemment. Il y a cinq ans, il était impossible de se constituer ses portefeuilles d'épargne retraite en produits d'investissement durable", constate-t-il.

Le marché des fonds indiciels ESG devrait passer de 25 milliards à plus de 400 milliards de dollars d'actifs d'ici à 2028, selon BlackRock, pour représenter une part de 21% des actifs des fonds indiciels dans dix ans, contre seulement 3% aujourd'hui.

Pour faire évoluer son offre, le gérant de fonds a notamment recruté Brian Besse, conseiller de Barack Obama pour les questions de climat quand il était président des Etats-Unis.

L'investissement durable consiste pour BlackRock à "limiter l'exposition à certains secteurs ou entreprises", avec des fonds indiciels ESG excluant par exemple le charbon thermique ou les armes nucléaires, mais aussi à "aligner le capital sur des avancées positives" en tirant par exemple parti des "importantes opportunités créées par la transition vers une économie de bas carbone".

Pour le moment, "plus de 50 milliards de dollars sont sous gestion" sur la plateforme d'investissement durable de BlackRock, précise Brian Deese à La Tribune. Un montant élevé, mais qui reste dérisoire par rapport à la totalité des actifs gérés par le groupe américain.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Boursorama, ING Direct et Compte Nickel menacent de plus en plus les activités des banques de détail — Société Générale est la plus exposée

VIDEO: Voici pourquoi l'abus d'alcool provoque des trous noirs