Boeing était au courant des problèmes du 737 Max bien avant les crashs

Des modèles Boeing 737 Max garés dans un aéroport adjacent à une usine de Boeing Co., le lundi 8 avril, à Renton, Washington. AP Photo/Elaine Thompson

Boeing avait connaissance de l'erreur de logiciel qui a empêché le bon fonctionnement d'un système d'alerte de sécurité sur le 737 Max un an avant de divulguer le problème aux régulateurs et aux compagnies aériennes, selon le Wall Street Journal. Boeing aurait attendu l'accident du Lion Air en octobre pour annoncer aux compagnies aériennes que le système d'alerte avait un problème. L'entreprise aurait attendu cinq mois, jusqu'au crash d'Ethiopian Airlines, pour révéler plus de détails. Six autres semaines se sont écoulées avant que le public et le chef intérimaire de la FAA (agence gouvernementale américaine chargée de l'aviation civile) Daniel Elwell n'apprennent la nouvelle.

L'erreur était spécifiquement liée au "système d'alerte de l'angle d'attaque", qui est censé indiquer aux pilotes si le capteur d'angle d'attaque fonctionne correctement ou non. Cependant, on ne sait pas si le bon fonctionnement du système d'alerte aurait changé le résultat des accidents mortels du 737 Max. Boeing a qualifié le système de "supplémentaire" dans une déclaration fournie à Reuters.

Néanmoins, la technologie est liée au système d'augmentation des caractéristiques de manoeuvre (MCAS), dont la Federal Aviation Administration (FAA) a reconnu la part de responsabilité dans les accidents. Le système MCAS a semblé avoir échoué lors des deux vols, d'après les renseignements fournis par les capteurs d'angle défectueux. Même si le système d'alerte n'aurait pas empêché le mauvais fonctionnement, il aurait théoriquement alerté les pilotes du problème.

À lire aussi : Sur les 737 Max 8, un voyant lumineux qui aurait pu permettre d'éviter le crash était proposé en option par Boeing

Les ingénieurs de Boeing auraient détecté le problème dès 2017 et auraient procédé à un examen interne. À l'époque, ils ont conclu que le problème n'avait pas "d'impact négatif sur la sécurité ou l'exploitation de l'avion". La direction de l'entreprise n'a pris connaissance du problème qu'après l'accident du Lion Air en octobre 2018. Daniel Elwell n'aurait appris l'existence de ce problème qu'après l'avoir lu dans le Wall Street Journal.

D'après le Wall Street Journal, qui a pu interroger Boeing et la FAA, l'organisme n'a été informé de la défaillance du système de sécurité qu'après l'accident du Lion Air. La FAA aurait examiné la question jusqu'en février et déterminé qu'il ne s'agissait pas d'un problème de sécurité. Les compagnies aériennes n'auraient été informées du problème que plusieurs mois après. La compagnie aérienne Southwest a assuré au Wall Street Journal qu'il avait été prévenu des problème en novembre 2018, et qu'il avait déjà commencé à installer des systèmes de remplacement dans les avions. La compagnie aérienne United, quant à elle, a déclaré qu'elle n'avait pas été mise au courant du problème avant mars 2019.

La Maison Blanche, le FBI et le ministère des Transports des États-Unis seraient tous en train d'examiner la question. Reuters a indiqué que Boeing allait maintenant normaliser le système d'alerte comme prévu initialement. Boeing prétend qu'auparavant, il avait accidentellement fait de ce système une option facultative.

Version originale : Benjamin Goggin/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : "Un éclair a frappé l'avion" qui a atterri en feu à Moscou, selon un rescapé

Se faire envelopper dans du chocolat peut être bon pour la peau — on l'a testé pour vous