Boeing reconnaît que les pilotes du 737 Max n'ont pas pu se former à toutes les situations

Des Boeing 737 MAX de Southwest Airlines, au sol à Victorville, Californie aux États-Unis. REUTERS/Mike Blake/File Photo

Après deux crashs, ayant causé la mort de 346 personnes, le constructeur américain admet pour la première fois ses erreurs. Samedi, Boeing a donc reconnu des défauts dans les simulateurs de vol, pour son 737 MAX. Les pilotes n'ont pas été formés à toutes les éventualités, car le logiciel de simulation était incapable de reproduire certaines conditions de vol, notamment celles qui ont conduit au crash d'Ethiopian Airlines, en mars, détaille l'AFP.

C'est la première fois que le groupe aéronautique reconnaît les défauts du 737 MAX, mis en cause depuis plusieurs mois dans deux drames aériens : en octobre 2018, un avion Lion Air (189 morts) puis cinq mois plus tard, en Éthiopie (157 morts). Boeing admet aujourd'hui avoir modifié le simulateur de vol. Un nouveau logiciel est attendu pour la fin d'année, afin d'améliorer la formation des pilotes. En attendant, les 737 MAX sont tous immobilisés.

Les pilotes n'étaient pas formés au logiciel spécifique du 737 MAX

Le problème vient donc de ce logiciel de simulation. Il existe en effet un seul simulateur spécifique pour le 737 MAX, il est à Miami, en Floride, et c'est la propriété de Boeing, explique l'agence fédérale de l'aviation à l'AFP. Les compagnies aériennes américaines forment leurs pilotes avec un logiciel prévu pour le Boeing 737 NG, un avion plus ancien que le MAX. La compagnie Southwest explique ainsi que Boeing avait affirmé que les différences entre les deux avions étaient minimes et qu'elles pouvaient être comblées avec une formation supplémentaire. Les régulateurs aériens avaient approuvé ces recommandations.

"Seul hic, le 737 NG ne dispose pas de MCAS, spécialement conçu pour le 737 MAX afin de corriger une anomalie aérodynamique liée à une motorisation plus lourde, et visant à protéger l'avion du risque de décrochage", affirme l'AFP. Le MCAS est la technologie liée au système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre, il s'agit d'un dispositif particulier du Boeing 737 MAX pour éviter le décrochage. C'est précisément le dysfonctionnement de cette technologie qui a conduit au crash d'Ethiopian Airlines, et non pas une chaîne d'événements pouvant inclure des erreurs des pilotes, comme l'a précisé pendant des semaines le constructeur américain.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Voici à quoi va ressembler le supermarché du futur d'Amazon, sans caisse ni file d'attente