Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Booking.com pourrait licencier à son tour jusqu'à un quart de ses salariés

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Booking.com pourrait licencier à son tour jusqu'à un quart de ses salariés
Le siège de Booking.com à Amsterdam, aux Pays-Bas. © Wakuwaku99/ Wikimedia Commons

La crise sanitaire et les fermetures de frontières ont particulièrement affecté le secteur du tourisme. La plateforme de réservation d'hébergement en ligne Booking.com a annoncé mardi 4 août qu'elle réduirait jusqu'à un quart de ses effectifs en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, menant à des milliers de licenciements. La compagnie basée à Amsterdam, qui emploie quelque 17 500 personnes à travers le monde, n'a pas donné le nombre exact de postes concernés, affirmant que des détails seront communiqués "dans les semaines et les mois à venir".

Elle a toutefois prévenu que "jusqu'à 25%" des employés pouvaient être touchés par cette mesure "extrêmement difficile". "La crise du Covid-19 a dévasté l'industrie du voyage, et nous continuons à en ressentir l'impact avec les volumes de voyages qui restent considérablement réduits", a déclaré Booking.com dans un communiqué envoyé à l'AFP. "Bien que nous ayons fait beaucoup pour sauver autant d'emplois que possible, nous pensons que nous devons restructurer notre organisation pour qu'elle corresponde à nos attentes concernant l'avenir (de l'industrie) du voyage", a ajouté la compagnie.

Elle suit ainsi les traces d'autres plateformes en ligne comme Airbnb et TripAdvisor, qui ont aussi annoncé le licenciement d'environ 25% de leurs effectifs. Fondé en 1996, Booking.com propose quelque 28 millions d'annonces sur son site, qui est disponible en 43 langues.

À lire aussi — Airbnb préparerait à nouveau son entrée en Bourse alors que ses affaires reprennent lentement

Découvrir plus d'articles sur :