Boris Johnson menace de ne pas payer la facture du Brexit s'il devient Premier ministre

L'ancien ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson en janvier 2019. REUTERS/Andrew Yates 

Boris Johnson, artisan de la victoire du "Leave" et favori à la succession de Theresa May, annonce la couleur : s'il reprend le 10 Downing Street, le conservateur eurosceptique refusera de payer la facture du Brexit tant que l'Union européenne ne lui proposera pas de meilleures conditions de divorce. "J'ai toujours trouvé incroyable de devoir signer le chèque avant d'avoir un accord définitif. Pour obtenir un bon accord, l'argent est excellent solvant et un très bon lubrifiant", dit Boris Johnson dans une interview accordée au Sunday Times.

La facture du Brexit correspond à la part des engagements financiers pris par le Royaume-Uni conjointement avec les autres États membres de l'UE que Theresa May a accepté en décembre de verser aux prochains budgets européens, soit une somme globale de 35 à 39 milliards de livres (39 à 44 milliards d'euros). Boris Johnson voudrait que le Royaume-Uni quitte l’UE le 31 octobre, accord renégocié ou pas et promet ainsi d'accélérer les préparatifs en vue d'un Brexit sans accord afin que le Royaume-Uni soit prêt en vue des "perturbations" générées par cette situation.

Theresa May quittera ses fonctions d'ici fin juillet, jusqu'aux élections internes du parti conservateur, qui désignera son nouveau chef. Celui-ci prendra immédiatement ses fonctions de Premier ministre.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Ce robot qui semble vivant pourrait sortir tout droit d'un film de science fiction — ça nous a vraiment fait peur