Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

BREXIT: Angela Merkel pose un ultimatum avant un sommet crucial à Bruxelles — et la France est aussi visée pour trouver un accord

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

BREXIT: Angela Merkel pose un ultimatum avant un sommet crucial à Bruxelles — et la France est aussi visée pour trouver un accord
© REUTERS/Fabrizio Bensch

Angela Merkel n'entend pas perdre son temps ce dimanche 25 novembre 2018 en se rendant à Bruxelles à l'occasion d'un sommet européen qui doit entériner la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

La dirigeante allemande l'a fait savoir par la voix de la diplomatie: elle ne se rendra pas dans la capitale belge si c'est pour assister à de nouvelles négociations, indique Reuters, rapportant des discussions de diplomates allemands avec leurs homologues européens.

Un texte devra donc être prêt d'ici là et les négociateurs européens se réuniront une nouvelle fois vendredi.

La Commission européenne et le Royaume-Uni se seraient mis d'accord sur un projet de déclaration fixant les rapports entre Londres et l'Union après le Brexit et le présenteront ce jeudi à l'approbation des ambassadeurs des Vingt-Sept, a appris Reuters de source diplomatique.

Faisant monter les enchères, un diplomate aurait déclaré à Reuters que ce message s'adressait autant au Royaume — où les projets de Theresa May ont été vivement critiqués au sein du parti conservateur au pouvoir — qu'à l'Espagne ou à la France. Ces deux pays ont demandé davantage de garanties quant à l'accès aux riches eaux de pêche du Royaume-Uni.

Le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a menacé de voter contre l'accord sur le Brexit, si le texte ne reconnaît pas que l'avenir de Gibraltar devra faire l'objet d'une négociation directe entre Londres et Madrid.

Il y a deux autres dossiers brûlants qui expliquent qu'un accord final n'est pas encore totalement trouvé: l'extension d'une période de transition jusqu'en 2022 et un accord commercial — ce que l'UE n'autorisera pas sans respecter également les règles relatives à la libre circulation des personnes et des services.

Le projet de déclaration commune n'a pas encore été approuvé, ni publié. L'accord de retrait publié la semaine dernière a poussé plusieurs ministres du gouvernement de Theresa May à démissionner.

La pression monte souvent avant les sommets européens sensibles et l'Union européenne est également connue pour rater parfois les échéances qu'elle s'est elle-même imposées. "C'est peut être une posture des deux côtés, tout le monde veut avoir l'air d'un vrai combattant", a déclaré un diplomate jeudi à Reuters. "Mais ils devraient garder à l'esprit de ne pas trop faire tanguer le bateau."

Découvrir plus d'articles sur :