La banque japonaise Nomura est prête à se replier sur Paris après le Brexit — et c'est parce que la France s'est montrée 'agressive'

Le président de la République française, Emmanuel Macron, le 29 septembre 2018. Eliot Blondet/Pool via Reuters

Le Brexit entraîne un redéploiement des activités de nombreuses grandes banques, quittant Londres pour installer leurs équipes ailleurs en Europe. Et Paris — à la bataille avec Francfort notamment pour attirer les banquiers — en profite.

L'établissement financier japonais Nomura envisage ainsi de transférer tout un pan de ses activités dans la capitale française, selon le Financial Times.

Il serait dans des négociations avancées avec les régulateurs du secteur pour faire de Paris la tête de pont pour ses clients qui souhaitent emprunter de l'argent auprès d'une contrepartie de l'Union européenne. 

Si Nomura a choisi la Ville Lumière pour en faire un pôle de ses activités de crédit, c'est notamment parce que la France s'est montré le pays le "plus agressif" en Europe pour séduire les banques, selon une source proche de l'établissement citée par le Financial Times.

Les hauts responsables d'une autre banque japonaise ont déclaré au quotidien britannique qu'une "offensive de charme constante" avait été lancée par Paris depuis 18 mois. 

Emmanuel Macron et le reste de l'exécutif s'affichent en amis de la finance depuis de nombreux mois. Le Premier ministre Edouard Philippe a par exemple annoncé en juillet des mesures fiscales avantageuses pour les impatriés et réaffirmé l'ambition de la France de faciliter l'implantation dans le pays des acteurs internationaux. 

"Au départ, les banques ont délaissé Paris en raison de sa législation du travail respectueuse des employés, mais les dirigeants ont été séduits par l’expérience acquise par le régulateur français dans la gestion d’opérations commerciales complexes et les nombreux équipements culturels offerts par Paris", note le Financial Times.

Nomura dispose déjà d’une licence bancaire en France, mais l'établissement doit notamment obtenir l’accord des autorités sur les conditions d’extension de son bilan.

La banque, qui emploie environ 2300 personnes à Londres, a déjà annoncé son intention de mettre en place un courtier à Francfort. La ville deviendra sa plaque tournante après que le Royaume-Uni aura quitté l’UE en mars 2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le Brexit désorganise des secteurs entiers de l’économie britannique — voici où ça craque

Cette vidéo haletante d'un lézard qui se bat contre une horde de serpents est devenue virale