Le Brexit a 40% de chances de ne pas avoir lieu selon JP Morgan

Manifestants anti-Brexit, à Londres, en Grande-Bretagne, le 4 décembre 2018. REUTERS/Henry Nicholls

Et si le Royaume-Uni ne quittait pas l'Union européenne? Pour JP Morgan, ce scénario est tout à fait envisageable. La première banque américaine a revu à la hausse sa probabilité que le Brexit n'ait pas lieu.

Elle évalue les chances d'un no-Brexit à 40% désormais, contre 20% auparavant, selon Reuters.

Les péripéties des derniers jours expliquent cette nouvelle estimation de l'établissement financier. La Première ministre britannique, Theresa May, a subi plusieurs revers au Parlement de son pays.

A 311 voix contre 293, les députés ont notamment reconnu son gouvernement coupable d'"outrage au Parlement" pour avoir refusé de publier l'intégralité d'un avis juridique sur l'accord de Brexit, âprement négocié depuis 17 mois avec Bruxelles. 

Ce vote a retardé de plusieurs heures le début des débats sur le traité de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Le texte a de fortes chances d'être recalé par la Chambre des Communes, qui doit procéder à un vote historique le 11 décembre, 

"Le Royaume-Uni semble maintenant avoir la possibilité de révoquer unilatéralement [le Brexit] et de prendre le temps qu'il veut pour décider de la suite des événements", écrit Malcolm Barr, économiste chez JP Morgan, dans une note que Reuters a pu consulter.

Il évalue à 10% la probabilité d'un Brexit sans accord, contre 20% auparavant, et à 50% une sortie de l'UE avec un accord, contre 60% précédemment. 

Liam Fox, le ministre britannique du Commerce pro-Brexit, a dit qu'il était désormais possible que le Brexit ne se produise pas. Il y a un réel danger que le Parlement essaye de "voler" le Brexit au peuple britannique, a-t-il ajouté devant une commission parlementaire mercredi 5 décembre.

L'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), Manuel Campos Sanchez-Bordona, avait déclaré mardi que le Royaume-Uni pouvait retirer son avis de divorce de manière unilatérale, sans avoir besoin d'obtenir l'accord des 27 autres pays membres de l'UE.

Lors du référendum du 23 juin 2016, 17,4 millions d'électeurs (52%) s'étaient exprimés en faveur du Brexit contre 16,1 millions (48%) pour un maintien du pays au sein de l'Union européenne. 

JP Morgan estime qu'un deuxième référendum est plus probable qu'une élection générale pour faire échouer Brexit.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : BREXIT: La France est passée à l'offensive sur un sujet chaud concernant la relation future entre le Royaume-Uni et l'UE

VIDEO: Voici pourquoi les lucioles brillent dans la nuit

Contenu Sponsorisé

Votre entreprise fait face à des défis? Apprenez à vous adapter et à prospérer avec Agile

  1. Le Précurseur

    Donc ça veut dire qu'il a 60% de chances de se faire...

Laisser un commentaire