Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Brexit: L'Irlande a les mêmes égards pour Michel Barnier que pour 'Kennedy, Mandela et Mitterrand'

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Brexit: L'Irlande a les mêmes égards pour Michel Barnier que pour 'Kennedy, Mandela et Mitterrand'
© REUTERS/Eric Vidal

L'Irlande courtise le Français Michel Barnier, chef des négociateurs de l'Union européenne pour le Brexit, en espérant que cela leur permettra d'obtenir un accord satisfaisant pour le pays à l'issue des négociations du Brexit.

Selon le Financial Times, Michel Barnier sera reçu à Dublin ce jeudi 11 mai 2017 comme s'il s'agissait "d'une visite d'un chef d'Etat".

Michel Barnier, qui est le négociateur en chef pour la Commission européenne, l'une des principaux corps de l'UE, pourra s'adresser au parlement irlandais, un honneur qui est d'habitude réservé aux présidents et aux premiers ministres.

Le Financial Times cite Neale Richmond, le porte-parole du gouvernement sur les questions européennes au sein du Sénat irlandais, qui a déclaré:

"Cela reflète l'importance du rôle qu'il joue. C'est pourquoi nous le mettons sur le même piédestal que John F. Kennedy, Nelson Mandela et François Mitterrand."

L'Irlande a peur que le Brexit puisse perturber considérablement son économie, en raison des liens commerciaux importants que le pays possède avec le Royaume-Uni.

Le gouvernement irlandais s'inquiète également de ce qu'il va arriver à sa frontière avec le Royaume-Uni post-Brexit, qui deviendra la seule frontière commune que le Royaume-Uni aura avec l'UE. Le ministre des affaires étrangères irlandais a prévenu qu'un "Brexit dur" et un retour à des contrôles renforcés aux frontières, pourrait mettre en péril la paix en Irlande du Nord.

Le Royaume-Uni et l'UE ont tous les deux indiqué que de convenir de la relation future entre l'Irlande et le Royaume-Uni fait partie de l'une des priorités des négociations du Brexit. Theresa May a dit en janvier que maintenir une frontière fluide avec l'Irlande faisait partie des 12 priorités des négociations du Brexit.

Alors que l'Irlande craint d'être chamboulée politiquement et économiquement par le Brexit, Dublin pourrait toutefois connaître un regain économique. En effet, des entreprises de services financiers et professionnels au Royaume-Uni sont actuellement en train de mettre en place des plans B pour anticiper les conséquences du Brexit.

Beaucoup ont ainsi choisi de délocaliser une partie de leurs personnels et leurs opérations dans d'autres villes européennes. La ville de Dublin est considérée comme un choix populaire: les banques d'investissement JPMorgan et Goldman Sachs l'ont notamment choisi pour transférer une partie de leurs employés.

Version originale: Oscar Williams-Grut/Business Insider UK

Découvrir plus d'articles sur :