Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Dépouiller Londres d'une activité financière cruciale pourrait coûter 100 Mds€ aux investisseurs

Dépouiller Londres d'une activité financière cruciale pourrait coûter 100 Mds€ aux investisseurs
© LSE/PA Archive/PA Images

Le Français Xavier Rolet, directeur général de la Bourse de Londres, prévient que le fait de retirer à la capitale britannique ses activités de compensation en euro au lendemain du Brexit pourrait finalement coûter 100 milliards d'euros supplémentaires sur cinq ans aux investisseurs.

Dans le New York Times de ce lundi, Xavier Rolet écrit que retirer à Londres les activités de compensation "augmenterait mais ne réduirait pas les niveaux de risque systémique et augmenterait les coûts pour les entreprises européennes, détournant les capitaux de l'économie européenne".

Or, la Commission européenne élabore des plans pour forcer les entreprises qui ont des activités de compensation en euro au Royaume-Uni à les déplacer en Union européenne ou à être soumises aux règles de l'UE une fois que la Grande-Bretagne aura quitté le bloc européen.

Les chambres de compensation — un terme la première fois entendu par le grand public dans l'affaire Clearstream — sont des organismes financiers qui assurent techniquement les échanges d'actions, produits dérivés ou matières premières négociés en Bourse. Elles assurent la solvabilité des acheteurs et des vendeurs.

Londres gère plus de 70% de l'activité quotidienne de compensation en euro, ce qui équivaut à environ 930 milliards d'euros échangés par jour, selon un rapport de 2016 de la chambre des Lords.

Or, selon les estimations, le projet de Bruxelles pourrait entraîner la disparition de 83.000 emplois dans les sept prochaines années si la compensation disparaissait complètement de la ville.

REUTERS/Francois Lenoir

Le London Stock Exchange possède une part majoritaire dans la chambre de compensation London Clearing House (LCH).

Xavier Rolet écrit dans le New York Times à ce sujet que "Londres compense 18 devises importantes et ces économies de compensation de plusieurs monnaies ont permis à LCH d'économiser 21 milliards de dollars de capitaux de ses clients l'an dernier. Déclenchez la compensation de l'euro et vous perdez ces économies, ce qui pourrait augmenter les coûts cumulés des opérations de 100 milliards d'euros sur cinq ans."

"Si l'Europe insiste pour essayer de mettre en œuvre une politique de localisation artificielle et inefficace, cela ne fera que nuire aux marchés de capitaux européens et à l'économie réelle" ajoute Xavier Rolet qui fait valoir que toute politique de compensation fondée sur les localisations "fragmenterait les marchés mondiaux".

Le patron du London Stock Exchange avait déjà indiqué l'an dernier que le Brexit pourrait entrainer la perte de 100.000 emplois.

Début des négociations sur le Brexit le 19 juin

"Si la décision est prise de relocaliser la compensation des titres libellés en euros au sein de l'Union européenne, alors nous allons évidemment nous assurer que cela aura le meilleur impact sur le marché d'Euronext et sur ses clients", a déclaré de son côté le président du directoire d'Euronext, Stéphane Boujnah, lors d'une conférence téléphonique en fin de semaine dernière.

Michel Barnier, chargé par la Commission européenne de conduire les négociations sur le Brexit, a dit espérer lundi que les premières discussions avec Londres auraient lieu dans la semaine du 19 juin.

S'adressant à des journalistes à Bruxelles, Michel Barnier a ajouté qu'il ne voulait pas penser à la possibilité d'une rupture des négociations.

Rappelant le cadre fixé par les Européens, l'ex-commissaire a souligné qu'il faudrait d'abord enregistrer des progrès sur les termes du divorce avant d'engager des discussions sur les contours de la future relation entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne.

Business Insider