Hock E. Tan, CEO de Broadcom, avec le président américain Donald Trump lors d'un point sur l'emploi à la Maison-Blanche, le 2 novembre 2017. REUTERS/Carlos Barria

Le fabricant américain de semi-conducteurs Broadcom a présenté lundi une offre de rachat de son compatriote Qualcomm, à 130 milliards de dollars (112 milliards d'euros) dette incluse, ce qui en ferait la plus grosse acquisition jamais effectuée dans le secteur technologique.

Broadcom propose 70 dollars par titre, payables en actions et en numéraire, soit une prime de 27,6% sur le cours de clôture de Qualcomm jeudi, veille de la diffusion dans la presse des premières informations sur cette possible offensive.

Un tel mariage associerait deux des principaux fabricants de puces pour smartphones et constituerait un défi pour Intel , le numéro un mondial du secteur, qui s'efforce de se diversifier dans la téléphonie mobile à partir de son coeur de métier dans les ordinateurs.

Les actionnaires de Qualcomm recevront 60 dollars en numéraire et 10 dollars par action Broadcom. Hors dette, l'opération s'élève à 103 milliards de dollars.

"De notre point de vue, 70 dollars par action ne seront pas suffisants", écrit dans une note Romit Shah, analyste chez Nomura Instinet.

Qualcomm devrait juger cette offre trop faible et la refuser, rapporte également le Financial Times, citant des sources. Le quotidien évoque également l'éventuelle opposition des régulateurs.

Qualcomm essaie de finaliser le rachat pour 38 milliards de dollars de NXP Semiconductors, spécialiste des puces pour voitures, afin de se développer dans la technologie des véhicules autonomes.

Broadcom a précisé que son offre de rachat de Qualcomm était indépendante de l'acquisition de NXP, que celle-ci arrive à son terme ou non.

Romit Shah estime que l'opération devrait encourager Qualcomm à poursuivre le rachat de NXP qui oeuvre sur des segments à forte croissance sous-exploités par Qualcomm.

Broadcom a ajouté que BofA Merrill Lynch, Citi, Deutsche Bank, JP Morgan et Morgan aménager le financement de la dette.

L'action Qualcomm prenait 3,1% en avant-Bourse et le titre Broadcom avançai lui de 0,3%.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La nouvelle publicité Samsung ridiculisant Apple vient de sortir — et elle est somptueuse

VIDEO: Ces 5 choses que vous avez apprises à l'école ne sont plus vraies