Bruno Le Maire reste prudent sur la création d'une crypto-monnaie d'Etat

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. REUTERS/Benoit Tessier

Dans son rapport dévoilé fin janvier sur les "monnaies virtuelles", le député de Paris, Pierre Person, soulignait les avantages qu'il y aurait à adopter une crypto-monnaie publique, garantie par une banque centrale. Une telle monnaie virtuelle, s'appuyant sur la technologie de la blockchain, permettrait notamment une plus grande transparence dans les transactions financières, grâce au traçage des échanges. Ce serait aussi un moyen de "retisser un lien direct entre la monnaie (de la) banque centrale et le citoyen", après la crise de 2008 qui a mis à mal notre système monétaire actuel. 

Mais le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, semble de son côté moins convaincu. Dans une interview accordée à Capital, il reste prudent, soulignant que le sujet fait encore débat entre universitaires, observateurs et banquiers centraux. "Dans la pratique, un tel projet n’est pas mûr à court terme : la zone euro bénéficie d’une palette vaste de moyens de paiement, y compris numériques. La création d’une crypto-monnaie publique soulève également de nombreuses questions juridiques et techniques qui ne sont pas résolues", insiste le ministre. 

Des projets de crypto-monnaies sont toutefois déjà portés par plusieurs Etats, y compris européens. Le rapport d'information de Pierre Person cite notamment l'eKrona de la banque centrale de Suède, un pays confronté à une baisse sensible de l'utilisation du cash pouvant faciliter son remplacement par une monnaie digitale officielle. Il évoque également le Fedcoin qui pourrait être émis par la Réserve fédérale américaine, la banque centrale des Etats-Unis, et qui serait convertible à parité avec le dollar.

Ces exemples montrent que la création d'une crypto-monnaie d'Etat "n'est pas fantasque et pourrait prochainement voir le jour", estime Pierre Person. L'adoption d'une telle monnaie cryptographique pourrait aussi favoriser le financement de l'innovation via des ICO (initial coin offering). Les levées de fonds en crypto-monnaies deviendraient mois risquées, en échappant notamment à la volatilité que subissent les crypto-actifs "privés", comme le bitcoin.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le monde de la blockchain se réunit à Paris, la France veut accroître son attractivité dans le secteur

VIDEO: Voici comment j'ai soigné mon apnée du sommeil