Bruxelles devrait infliger une nouvelle amende record à Google

REUTERS/Hannibal Hanschke

Les autorités européennes de la concurrence devraient infliger à Google une troisième amende liée à sa plateforme publicitaire AdSense, dont le montant pourrait être moins élevé que ceux des deux précédentes, a appris Reuters vendredi 15 mars 2019 d'une source au fait du dossier. Le Financial Times estime de son côté que l'amende pourrait monter jusqu'à 13 milliards de dollars, soit 10% du dernier chiffre d'affaires d'Alphabet, maison-mère de Google.

L'exécutif européen a estimé que Google avait maintenu ses pratiques anticoncurrentielles pendant une décennie. La Commission européenne a ouvert une enquête en cours sur AdSense, qui aurait tendance à "protéger sa position dominante dans le domaine de la publicité contextuelle en ligne et d'empêcher ses concurrents existants et potentiels, y compris les autres fournisseurs de services de recherche et plateformes de publicité en ligne, d'accéder à ce secteur commercialement important et de s'y développer", peut-on lire dans une communication des griefs adressée à Google à l'été 2016.

En réponse, Google a modifié les conditions de ses contrats AdSense avec des tiers importants, leur donnant ainsi plus de marge de manoeuvre pour afficher des annonces de recherche concurrentes. La Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager a déclaré aux journalistes qu'elle était en train de boucler le dossier.

La Commission européenne n'a pas souhaité donner la date à laquelle elle rendrait sa décision. Google n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire de la part de Reuters. La conclusion de l'affaire AdSense ne signifie peut-être pas pour autant que les pratiques concurrentielles de Google ne seront plus dans le collimateur de l'Union européenne.

Près de 7 Mds€ d'amendes déjà infligées par l'Europe

L'année dernière, la Commission européenne a infligé une amende record de 4,3 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante avec son système d'exploitation mobile Android. L'amende faisait suite à celle de 2,4 milliards d'euros imposée au groupe américain en 2017 par l'exécutif européen pour abus de position dominante avec son comparateur de prix. A chaque fois, Google a fait appel. Le processus pourrait durer des années. Concernant le paiement, Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, avait explique que Google dépose dans ce cas "des garanties bancaires donc l'amende a été payée mais l'argent ne peut pas être débloqué avant la fin des recours et un jugement. Ensuite, c'est envoyé aux Etats membres".

En novembre, les régulateurs européens ont demandé aux spécialistes de la recherche locale sur internet si Google utilisait des pratiques déloyales envers eux, ce qui pourrait donner lieu à une quatrième enquête contre la filiale d'Alphabet. Les services de cartographie du groupe pourraient également être dans leur ligne de mire.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La commissaire européenne à la concurrence a mené des 'enquêtes préliminaires' sur Apple mais a conclu que ce n'était 'pas une société dominante'

VIDEO: Voici des métiers très étranges mais qui existent vraiment