L'industrie automobile allemande se serait entendue pour frauder au diesel pendant des années — Bruxelles ouvre une enquête

La Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager. REUTERS/Francois Lenoir

Les autorités de la concurrence européennes sont en train d'enquêter pour savoir si les constructeurs automobiles allemands Volkswagen, BMW, Audi et Porsche se sont secrètement entendus depuis les années 1990 pour utiliser des systèmes permettant de truquer les émissions polluantes de leurs moteurs diesel, a annoncé la Commission européenne ce dimanche.

Si l'entente est prouvée, les constructeurs allemands pourraient écoper de très lourdes amendes — pouvant atteindre 10% de leur chiffre d'affaires, comme l'a avancé un analyste chez Evercore ISI à Reuters:

"Notre conclusion est qu'il y pourrait y avoir un risque d'amendes de plusieurs centaines de millions (d'euros), voire plus d'un milliard."

La Commission européenne et l'Office allemand des cartels ont été informés de cette éventuelle collusion via l'enquête de Der Spiegel publiée vendredi dernier et un courrier qui lui a été directement adressé par le magazine allemand.

Selon l'enquête de Der Spiegel, environ 200 salariés travaillant pour Volkswagen, BMW, Audi et Porsche ont discuté du développement de véhicules, des systèmes de freinage, moteurs diesel et essence, transmissions et systèmes d'échappement, lors de réunions de comités interprofessionnels.

Le magazine allemand avance également que depuis 2006, ils se seraient peut-être entendus pour fixer les prix des systèmes de traitement des émissions de moteurs diesel, notamment sur le système d'AdBlue.

Volkswagen aurait admis une possible collusion dans une lettre envoyée le 4 juillet aux autorités allemandes, a précisé Der Spiegel.

A l'inverse, BMW a démenti ce dimanche les informations publiées par le magazine allemand. "Les voitures du groupe BMW n'ont pas été manipulées et sont conformes aux dispositions légales réglementaires", a déclaré le constructeur dans un communiqué, tout en précisant ne pas être "au courant d'une enquête contre nous".

Ce lundi matin, les constructeurs allemands chutent en bourse suite à l'ouverture d'une enquête par les autorités européennes de la concurrence.

Daimler, la maison-mère de Mercedes Benz, Volkswagen et BMW affichent les trois plus fortes baisses de l'indice Dax à la bourse de Francfort. Daimler perd 3,5%, Volkswagen 2,7% et BMW 2,35%.

Cette éventuelle entente entre les constructeurs allemands pour frauder au diesel constitue un nouvel épisode du Dieselgate, qui avait éclaté il y a deux ans, après la révélation des moteurs truqués chez Volkswagen.

Ce scandale a dégradé la confiance des clients envers l'industrie automobile allemande et notamment les moteurs diesel. La chancelière Angela Merkel a prévu d'organiser un Forum national sur le diesel le 2 août prochain pour justement redorer son image.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Réduire les émissions de CO2 coûtera l’équivalent du PIB de l’UE, prévient un ancien chercheur de la NASA

VIDEO: Voici les 15 meilleurs aéroports du monde