Un homme tient une pancarte anti-Brexit sur le pont de Westminster à Londres, le 13 juillet 2018. REUTERS/Yves Herman

La Commission européenne continue de tirer les leçons du scandale Cambridge Analytica et envisage une nouvelle loi pour pouvoir sanctionner les partis politiques.

Au printemps dernier, un lanceur d'alerte a révélé que la société Cambridge Analytica avait obtenu des données de millions d'utilisateurs de Facebook. Elle a ensuite envoyé aux électeurs des messages individualisés pendant la campagne présidentielle de 2016 de Donald Trump et assisté les partisans du Brexit avant le référendum sur la sortie des Britanniques de l'Union Européenne. 

Pour éviter ce type d'utilisation abusive de données personnelles en Europe, la Commission projette de faire voter une loi qui permettra de sanctionner les partis politiques qui profiteraient de données d'électeurs dont la provenance est douteuse, révèle une information du Financial Times, repérée par l'Usine Digitale.

D'après ces informations, ce projet de loi concernerait uniquement les partis européens —sur lesquels la Commission a autorité— et prévoit une amende pouvant atteindre jusqu'à 5% du budget annuel d'un parti reconnu coupable. 

Le calendrier n'est pas encore précisé, mais la Commission semble vouloir protéger les prochaines élections européennes qui auront lieu en mai 2019. Avant d'être effective, la loi devra être votée par le Parlement européen et par les Etats membres.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le régulateur britannique des données personnelles impose une amende de 500.000£ à Facebook à cause de l'affaire Cambridge Analytica — c'est le montant maximal possible

VIDEO: Voici comment les Marines américains construisent un pont temporaire pour traverser un fleuve