Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les Etats ne pourront pas réguler le bitcoin sans les autres, dit un responsable de la banque centrale allemande

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les Etats ne pourront pas réguler le bitcoin sans les autres, dit un responsable de la banque centrale allemande
© YouTube/Top24News

Tout projet visant à réglementer les crypto-monnaies comme le bitcoin doit se faire à l'échelle mondiale, car des règles nationales ou régionales seraient difficiles à appliquer dans un environnement virtuel sans frontières, a déclaré lundi un responsable de la Bundesbank.

Les autorités nationales à travers le monde, et en particulier en Asie, ont tenté de freiner l'essor du bitcoin et d'autres monnaies virtuelles, devises sous forme numérique créées et gérées par leurs utilisateurs et qui n'ont le soutien d'aucun gouvernement.

Mais Joachim Würmeling, membre du directoire de la banque centrale allemande, estime que des règles nationales pourraient avoir du mal à contenir ce phénomène mondial.

"Une régulation efficace des monnaies virtuelles ne serait donc possible que grâce à la plus grande coopération internationale possible, car le pouvoir réglementaire des Etats-nations est évidemment limité", a-t-il fait valoir lors d'un événement à Francfort.

L'année dernière, les autorités chinoises de régulation ont interdit de lever des fonds par émissions de jetons digitaux (initial call offerings ou ICOs), fermé des plates-formes locales d'échanges de crypto-monnaie et limité le "minage" du bitcoin (procédé de création par lequel les transactions sont sécurisées). Cela n'a pas empêché l'activité de poursuivre son développement sur des canaux alternatifs en Chine.

La Corée du Sud, où la spéculation sur les cryptomonnaies est également répandue, travaille sur des projets visant à interdire les échanges de monnaies virtuelles.

Les Etats membres de l'Union européenne et les parlementaires européens se sont mis d'accord le mois dernier pour renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme sur les plates-formes d'échange du bitcoin et autres monnaies virtuelles.

La France de son côté a demandé à la présidence argentine du G20 d'organiser un débat au sommet d'avril 2018 sur la régulation du bitcoin.

Le bitcoin a vu sa valeur passer de 1000 dollars début 2017 à près de 20.000 dollars fin décembre, avant de réduire ses gains. Lundi, il s'échangeait à 14.058 dollars vers 16h25 GMT, en repli de près de 2,94% sur la journée.

Découvrir plus d'articles sur :