Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Canal+ condamné pour avoir forcé ses clients à s'abonner à une nouvelle offre

Canal+ condamné pour avoir forcé ses clients à s'abonner à une nouvelle offre
Le siège de Canal+ à Boulogne-Billancourt. © Wikimedia Commons/Daniel Rodet

C'est un signal envoyé aux entreprises adeptes de la vente forcée. Le groupe Canal+ a été condamné à une amende allant de 3 à 5 millions d'euros par le tribunal judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour la "vente forcée" d'une nouvelle offre visant plus de 400 000 abonnés, a annoncé jeudi 9 juillet le parquet de Nanterre. Cette décision, négociée au préalable avec le parquet dans le cadre d'une procédure de "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité", a été validée mercredi par le tribunal de Nanterre, précise le communiqué du parquet. Cette procédure permet d'accepter une condamnation pénale tout en évitant un procès.

Les faits remontent à décembre 2017. Le groupe Canal+ informe alors ses abonnés ne bénéficiant pas de l'abonnement Canalsat qu'ils peuvent bénéficier de cette nouvelle offre moyennant le paiement de deux ou cinq euros. Dans la foulée, Canal+ avise ses abonnés qu'ils doivent se manifester pour refuser l'offre. Pour le tribunal, "cette pratique commerciale consistant à placer les clients dans l'obligation de refuser une offre pour ne pas avoir à payer le montant correspondant à celle-ci, constitue le délit de vente sans commande préalable, ce que la société Canal+ a reconnu".

Ce délit, plus communément appelé vente forcée, interdit à tout professionnel d'exiger le paiement immédiat ou différé de biens ou de services, sans que ceux-ci aient fait l'objet d'une commande préalable du consommateur, détaille le parquet. L'amende a été calculée "de manière proportionnée" aux avantages que le groupe a tiré de ce délit, selon le parquet, qui précise que l'enquête portait sur un total de 430 000 offres.

À lire aussi — Les 11 séries les plus attendues cet été sur Netflix, OCS, Canal+ ou Disney+

Business Insider (avec AFP)
Découvrir plus d'articles sur :