Canal+ est dans le dur. La chaîne cryptée a préparé un plan de départs volontaires pour alléger ses coûts. Ce sont 500 personnes, soit près de 20% des effectifs de Canal+, qui sont concernées selon le site Les Jours. Les postes concernés seront précisés la semaine prochaine aux représentants du personnel, lors d'une réunion du Comité social et économique (CSE). Le site Les Jours précise que "seuls les salariés en CDI seront touchés, les 300 CDD ne faisant pas partie de ce plan". Selon la lettre professionnelle Satellifax, le pôle édition — qui regroupe chaînes TV gratuites et payantes —, Studiocanal et la distribution seront particulièrement concernés. C'est donc le coeur des programmes de Canal+ qui est touché.

Canal+ subit une érosion continue de ses abonnés depuis plusieurs années. Depuis 2015, et la prise de pouvoir de Vincent Bolloré — qui a cédé son poste de président du conseil de surveillance en avril 2018 à Jean-Christophe Thiery — la chaîne a perdu un peu plus d'un million d'abonnés en France en trois ans. Le groupe comptait l'an dernier 16,2 millions d'abonnés dans le monde, dont 8,3 millions en France. Une hémorragie qui s'explique en partie par la modification en profondeur de la grille des programmes, ayant entraîné une vague de départs de journalistes et animateurs, mais pas seulement. 

A lire aussi — Vivendi quitte Ubisoft. Retour en 10 dates sur la bataille entre Bolloré et les frères Guillemot

La chaîne fait aussi face à une concurrence de plus en plus féroce, tant sur les contenus cinématographiques et les séries que sur le sport. Le géant américain du streaming Netflix, présent en France depuis 2014, conquiert chaque année un peu plus d'abonnés. Il aurait ainsi passé le cap des cinq millions de clients dans l'Hexagone, selon Le Figaro. Dans le même temps, Canal +, qui a encore perdu 217 000 abonnés directs en 2018, n'affiche plus que 4,73 millions de clients.

Canal+ réclame 46 millions d'euros à la Ligue à cause des Gilets jaunes

En prenant en compte ses abonnés via les offres et bouquets des opérateurs télécoms (Orange, SFR, Bouygues, Free), la chaîne de télévision payante atteint toutefois près de 7,83 millions de clients. Le pôle international, rentable, devrait être épargné par ce plan de départs volontaires. 

Vincent Bolloré a pris le contrôle de Vivendi à partir d'une participation minoritaire amorcée en 2012 et renforcée depuis régulièrement pour atteindre 20,65% du capital et 29% des droits de vote. C'est désormais son fils Yannick qui préside opérationnellement aux destinées de Vivendi.

Par ailleurs, le journal L'Equipe révèle que Canal + a assigné la ligue de football professionnel, organisatrice du championnat, devant la tribunal de commerce de Paris en lui réclamant 46 millions d'euros. En cause : les manifestations des Gilets jaunes qui ont entraîné le report de dizaines de matchs " et reprogrammés à des dates et des horaires nettement moins favorables."  Canal+ a déboursé 549 millions d'euros par an pour diffuser cette saison 2018-2019. Dans un communiqué, la LFP se dit "consternée", "réfute l'intégralité des allégations de Canal + et le démontrera devant le tribunal de commerce de Paris", le 5 septembre prochain.

https://twitter.com/LFPfr/status/1146799842280312832

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment Vincent Bolloré répartit les postes clés de son empire économique entre ses enfants