Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Carambar lance de nouvelles sucettes pour grignoter l'avance de Haribo

Carambar lance de nouvelles sucettes pour grignoter l'avance de Haribo
Capture d'écran du compte Instagram carambar_france. © Carambar & Co

82 000 kilomètres de Carambar seraient produits chaque année par le groupe Carambar & Co, soit deux fois le tour de la Terre. Anecdotique ? Pas tant que cela. La confiserie, qui existe depuis 66 ans, est devenue en effet au fil des années un produit emblématique pour des générations de Français. Et qui essaie de se renouveler et d'innover : depuis avril dernier, vous pouvez trouver en magasin des sucettes Carambar. Vendues dans des sachets de 156 g contenant 13 produits, deux parfums seront proposés : caramel, le goût historique du Carambar, et un assortiment de parfums, citron, cola, fraise et caramel. Et, soyez rassurés, les nouvelles sucettes Carambar contiendront toujours une blague à l'intérieur. Un des marqueurs historiques pour la confiserie, les premières blagues ayant été proposées dès 1969 au verso des emballages.

Thierry Gaillard, le PDG de Carambar & Co, croit beaucoup en cette innovation : "le Carambar, c'est un des produits les plus transgénérationnels", a-t-il affirmé sur BFM Business. Et pour se différencier de ses concurrents et rassurer les consommateurs, toute la production du Carambar, mais aussi des autres produits du groupe, a été relocalisée en France ces deux dernières années, mettant à l'arrêt les lignes de production situées en Espagne, en Pologne ou encore en République Tchèque. Une décision assumée et revendiquée malgré les coûts supérieurs que cela engendre.

'Un nouveau champion français de la confiserie et du chocolat'

Propriété de Carambar & Co depuis 2017, les Carambar voisinent au sein du groupe avec les marques de bonbons Krema, Lutti, la Pie qui chante ou Malabar, mais aussi les produits au chocolat des marques Poulain ou encore Benco. Repris il y a plus de trois ans au géant américain Mondelez, l'objectif de l'actionnaire de Carambar & Co, Eurazeo, était simple : faire naître "un nouveau champion français de la confiserie et du chocolat", selon Les Échos. Si avec l'acquisition de Lutti en 2018, le groupe Carambar & Co représentait 26% des ventes de bonbons en France en 2019, la concurrence est rude. Notamment venant du leader, l'allemand Haribo, qui pèse encore 40% du marché.

À lire aussi — Starbucks ne veut plus que vous traîniez des heures dans ses canapés

L'objectif est d'autant moins simple que le marché est en décroissance. Après des années de croissance, le marché de la confiserie, des bonbons et des chocolats aurait commencé à chuter dès 2018, de -2,5% cette année-là. "Les études que nous avons menées montrent un mouvement de déconsommation et de modération. Il y a toujours autant de clients, mais ils consomment moins et moins souvent", précisait Thierry Gaillard au quotidien économique en janvier dernier. Son constat était même encore plus alarmiste : "la confiserie paie le sucre-bashing, le manque de naturalité et une communication insuffisante".

Carambar & Co supprime certains produits controversés

Outre la relocalisation en France de sa production, le groupe Carambar & Co avait anticipé ces mouvements de consommation en modifiant la composition de ses produits, et notamment en enlevant certains produits controversés. Haro sur le dioxyde de titane qui servait à blanchir et faire briller les bonbons, ou encore sur l'huile de palme, remplacée par du beurre de cacao. Même chose pour l'aspartame. La présence de sucre aurait également diminué de 40% dans les bonbons du groupe, remplacée par les fibres de maïs.

Reste donc à voir si ces changements de fond permettront à Carambar & Co de gagner son pari. En 2019, le groupe avait perdu 1,2% de part de marché, tandis que son concurrent Haribo gagnait lui 0,9%. Les sucettes Carambar ne suffiront certainement pas à faire pencher la balance à elles seules.

À lire aussi — Les Français ont consommé encore plus de Nutella pendant le confinement

Découvrir plus d'articles sur :