Face à un marché de la confiserie en baisse, le groupe français Carambar&Co a décidé de réorganiser certaines de ses activités et de supprimer des postes. Les comités économiques et sociaux du groupe et de Lutti SAS, racheté en octobre 2018, ont été réunis mercredi 12 juin 2019 pour exposer les nouveaux plans de la direction. "Après une phase d'observation et d'échanges initiée depuis le début d'année 2019 et qui aura permis de mettre en évidence les forces communes de ce nouvel ensemble, le groupe doit réorganiser ses équipes commerciales et supports et réaliser diverses synergies avec notamment la constitution d'une force de vente unique", précise le confiseur dans un communiqué consulté par LSA.

Résultat, 46 postes doivent être supprimés, dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi qui prévoit également des conséquences sociales "à hauteur d'une dizaine d'emplois, une fois les créations de postes et propositions de reclassement transformées". Soumis à une forte concurrence, dont celle de l'allemand Haribo, numéro un de la confiserie dans l'Hexagone, la société espère ainsi réduire un peu ses coûts.

D'autant que la nouvelle organisation doit aussi entraîner la fermeture des bureaux commerciaux de Lutti à Lille. En revanche, le confiseur conservera son siège social et son usine de production à Bondues, dans le Nord.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le confiseur Lutti se fait croquer par Carambar 2 ans après avoir tenté de le racheter

VIDEO: Voici 5 mauvaises habitudes à proscrire au réveil