Carlos Ghosn n'a pas encore coupé tous ses liens avec Renault

Carlos Ghosn n'a pas encore coupé tous ses liens avec Renault

Carlos Ghosn clame de nouveau son innocence dans un message vidéo diffusé le 9 avril par ses avocats. Tokyo, Japon. REUTERS/Issei Kato

Carlos Ghosn a cédé sa place à la tête de Renault fin janvier et Jean-Dominique Senard, ex-patron de Michelin, a pris sa succession. Le patron déchu, qui a aussi été évincé de la présidence de Nissan en novembre et révoqué de son siège au conseil d'administration du groupe automobile le 8 avril, semble ne plus avoir aucun pouvoir ni influence sur le constructeur Renault et son partenaire japonais. Empêtré depuis le 19 novembre dans une affaire judiciaire à rebondissements, il a de nouveau été arrêté à Tokyo le 4 avril en raison de nouveaux soupçons de malversations financières. Il risque ainsi une quatrième inculpation.

Pourtant, Carlos Ghosn a encore un lien fort avec Renault. S'il a décidé de démissionner de son mandat d'administrateur du constructeur français, à la date de l'assemblée générale prévue le 12 juin, il reste un actionnaire important au capital de la société. Selon les calculs réalisés par Les Echos, Carlos Ghosn détiendrait encore 957 394 actions du groupe, soit l'équivalent de 58,4 millions d'euros au cours actuel de l'action Renault. Il figurerait ainsi parmi les 20 premiers actionnaires du constructeur, avec environ 0,32% du capital selon nos propres calculs.

Le quotidien économique a consulté le dernier document de référence de la société, selon lequel l'ancien patron détenait 537 920 actions à fin 2017. A partir des déclarations faites à l'Autorité des marchés financiers (AMF), il a établi que depuis, Carlos Ghosn a augmenté sa participation de diverses façons : en récupérant gratuitement 95 210 actions de performance, en percevant 24 264 actions au titre de sa rémunération variable de 2013, en exerçant deux options de vente de 100 000 actions chacune en août dernier et, enfin, en achetant 100 000 actions en septembre.

L'Etat français reste aujourd'hui le premier actionnaire du groupe tricolore avec 15,01% des parts, suivi de Nissan (15%), le gérant de fonds BlackRock, Daimler (3,10%) et Renault lui-même (2,17%).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Dans une vidéo, Carlos Ghosn clame à nouveau son innocence et dénonce un complot

VIDEO: Ce distributeur automatique de voitures permet de tester un véhicule avant de l'acheter

  1. jenny

    Lire cet étonnant article une analyse décalée de 2017 de l'expert @bernard_jomard qui anticipait la révolution automobile et la descente aux enfers de Carlos Ghosn LIRE : https://bernard-jomard.com/2017/10/29/voitures-electriques-une-revolution-qui-mettra-en-peril-millions-de-travailleur-en-europe/

Répondre à jenny Annuler la réponse.