Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Carrefour et Casino ont su profiter du confinement, mais il a aussi pesé sur leurs comptes

Carrefour et Casino ont su profiter du confinement, mais il a aussi pesé sur leurs comptes
© Business Insider France/Claire Sicard

Si Intermarché a vu sa part de marché progresser durant les derniers mois, grâce notamment à son parc de magasins proposant des drives, d'autres distributeurs ont également su tirer leur épingle du jeu pendant cette période de crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Le groupe E.Leclerc, qui avait vu sa part de marché diminuer entre mi-mars et mi-mai, a notamment rebondi avec une croissance nette de ses ventes pendant la période post-confinement. La crise n'a en tout cas pas bénéficié de la même manière à toutes les enseignes de la grande distribution, les résultats financiers du premier semestre 2020 le confirment pour Casino et Carrefour. Ce sont en effet les seuls distributeurs qui communiquent dessus, étant obligés du fait de leur introduction en Bourse.

Pour le groupe Casino, la croissance de son chiffre d'affaires sur le premier semestre 2020 (hors essence et effet calendaire, à croissance comparable) est de 8,4%. Les ventes de l'enseigne ont notamment été tirées par l'activité e-commerce de Cdiscount. La crise sanitaire aurait, selon le communiqué officiel du distributeur, engendré un effet positif sur l'activité de 80 millions d'euros. Mais des "surcoûts temporaires liés aux mesures prises en urgence pour assurer l'approvisionnement des populations dans des conditions dégradées et pour protéger nos collaborateurs et nos clients" d'un montant total de 93 millions d'euros auraient annulé cet effet positif.

À lire aussi — Après Auchan et Carrefour, Franprix est à son tour saisi par la frénésie de corners en supermarchés

Autre impact négatif sur le résultat semestriel du groupe Casino, "la prime exceptionnelle aux salariés" qui a pesé également dans les coûts pour 37 millions d'euros, selon l'enseigne. L'impact de la crise pour Casino serait donc au total de 50 millions d'euros. Le groupe nuance quand même ce constat négatif avec une bonne nouvelle : toutes les enseignes (Casino, Géant, Franprix et Monoprix) seraient désormais rentables. Mais la route est encore longue pour le distributeur, car malgré de nombreuses cessions d'actifs (notamment les magasins Leader Price à Aldi), la dette du groupe reste élevée à 4,8 milliards d'euros.

500 000 nouveaux clients en France pour Carrefour au premier semestre 2020

Pour le groupe Carrefour, le PDG Alexandre Bompard affiche sa satisfaction : "Notre performance du premier semestre 2020 est très solide". Le chiffre d'affaires du groupe en France a en effet progressé sur la période de 2,4% à 18,19 milliards d'euros. L'enseigne aurait ainsi recruté 500 000 nouveaux clients dans l'Hexagone, selon le communiqué officiel. Pour Carrefour, le e-commerce alimentaire aurait connu "une forte croissance de plus de 100%", sans en savoir plus sur le volume de ventes liées. Si le nombre de visites en magasins a mécaniquement diminué avec le confinement, les paniers moyens sur la période étaient globalement en hausse.

Carrefour a enregistré la plus forte croissance de ses ventes sur les six premiers mois de l'année dans ses magasins de "proximité" (+ 6,6%). Les supermarchés affichent aussi une progression de 6,2% de leur chiffre d'affaires. Mais l'enseigne a toujours le même caillou dans la chaussure : les hypermarchés, qui ont eu vu leurs ventes baisser de 1,4% sur la période, victimes notamment des restrictions de déplacement, mais aussi de la peur de se rendre dans ces magasins de grande taille où les clients sont plus nombreux.

En parallèle, le groupe Carrefour a également diminué ses coûts en réalisant 480 millions d'euros d'économies sur le premier semestre 2020, permettant de consolider son résultat opérationnel.

À lire aussi — Leclerc, Carrefour, Lidl... Les supermarchés préférés des Français pour faire leurs courses

Découvrir plus d'articles sur :