Carrefour lance en France Supeco, son enseigne à prix réduits

La devanture du magasin Supeco de Valenciennes ouvert le 4 septembre 2019. Carrefour

L'annonce officielle du lancement en France de la nouvelle enseigne discount Supeco vient d'être faite par Carrefour, ce mercredi 4 septembre. Comme nous l'avons relayé début août suite à un article du spécialiste de la grande distribution Olivier Dauvers, cette ouverture s'inscrit dans le cadre du plan de transformation Carrefour 2022. Un premier magasin vient donc d'ouvrir ses portes ce mercredi à Valenciennes, dans le Nord (59), bientôt suivi par une seconde ouverture à Onnaing (59), le 25 septembre. D'autres ouvertures pourraient suivre dans les mois qui viennent, plutôt dans le nord de la France pour des questions logistiques.

Déjà implanté dans plusieurs pays européens comme notamment l'Espagne et la Roumanie, le concept d'origine de Supeco (contraction de "supermarché" et "éco") est hybride. Mixant supermarché traditionnel et "cash & carry", une forme de commerce en gros et en libre-service à l'instar de ce que fait Metro avec les restaurateurs, Supeco propose ainsi des produits à prix réduits destinés à la fois aux particuliers et aux professionnels dans une ambiance d'entrepôt de la taille d'un supermarché. Les deux nouveaux magasins pilotes du nord de la France auront une surface de vente moyenne de 1 300 m² et proposeront 2 000 références de produits (là où un Carrefour Market, par exemple, en propose plutôt 15 000).

Les clients peuvent utiliser WhatsApp pour communiquer avec l'équipe de Supeco

L'enseigne a cependant été adaptée pour le marché français : les premières images du magasin de Valenciennes montrent un cadre contemporain et plutôt moderne, bien loin de la disposition façon entrepôt des magasins espagnols. Le point de vente propose à la fois des produits Carrefour (à 60%, selon Oliviers Dauvers), mais également des grandes marques nationales, a priori issues de circuits de déstockage, le tout à prix réduits. Sur certaines références, les prix seront encore plus attractifs lorsqu'un gros volume est acheté. Comme dans un supermarché traditionnel, on retrouve également des espaces dédiés à la boucherie et à la boulangerie, ainsi que des références en bio. Dans la zone baptisée "yapu yapu", un stock de produits à prix cassés et en stock limité est commercialisés sur un temps très réduit, sortes de bonnes affaires du moment. Dernière innovation, la possibilité de communiquer via l'application WhatsApp avec les équipes du magasin.

Ce concept d'enseigne discount a en tout cas déjà fait ses preuves en Europe et ailleurs dans le monde. Il existe en effet aujourd'hui 41 Supeco européens : 23 magasins en Espagne, 15 en Roumanie, 2 en Pologne et 1 en Italie. Créés en Espagne en 2012 au plus fort de la crise, les magasins Supeco se sont tout de suite positionnés comme des enseignes à bas coûts pour faire de bonnes affaires. Dans sa version d'origine, Supeco propose un maximum de 2 500 références (environ 10 fois moins qu'un supermarché classique) avec une disposition sommaire façon entrepôt : les produits sont présentés en cartons ou directement sur des palettes. On peut les acheter à l'unité ou en grande quantité (avec un prix dégressif à la clé) le tout sur une surface réduite allant de 1 500 à 2 000 m2. 

Une relance de Carrefour dans le discount

Souvent présentés comme des magasins "anti-crise", les Supeco sont intéressants pour les clients en terme de prix. Mais ce serait aussi le cas pour Carrefour : l'activité cash & carry demanderait peu de capitaux et donc un investissement de départ assez faible. Les coûts d'exploitation de l'enseigne seraient aussi plus réduits que ceux d'un supermarché classique, les Supeco nécessitant notamment moins de personnel en point de vente. Les deux magasins de Valenciennes et d'Onnaing étant auparavant des Carrefour Market, la tentation sera donc grande pour le groupe de transformer ses supermarchés en mauvais situation en Supeco si le concept fait ses preuves.

Ce lancement ne ravit en tout cas pas tout le monde... "Nous avons été très surpris qu'ils nous annoncent l'arrivée de Supeco alors qu'il y a un an, ils nous disaient que le discount était mort-né chez Carrefour", s'indigne auprès du Monde Philippe Allard de la CGT. La fin du réseau discount Dia avait en effet été annoncé par Carrefour en janvier 2018, entraînant la fermeture ou la revente des magasins. 1 400 salariés avaient été licenciés durant l'été.

A lire aussi — Leclerc, Carrefour, Casino... Quelle enseigne est la moins chère ?

Supeco, un nouveau concurrent pour Costco

Le lancement de Supeco en France pourrait à terme faire de l'ombre à Costco : le géant américain avait ouvert en 2017 son premier magasin-entrepôt à Villebon-sur-Yvette (91). Accessible aux entreprises et aux particuliers via une adhésion annuelle (36 €), Costco propose une sélection de produits à prix cassés à l'unité ou en grande quantité. Le groupe américain, satisfait de ses premiers résultats après deux ans d'exploitation en France, envisage le déploiement de 10 à 12 magasins dans l'Hexagone d'ici dix ans.

La France n'était jusqu'ici pas prioritaire pour Supeco bien que des rumeurs existent depuis des années. Les choses se seraient accélérées quand Pascal Clouzard, ancien directeur de Carrefour Espagne, a été nommé Directeur Exécutif France fin 2017. Ce lancement s'inscrit en tout cas dans la stratégie de Carrefour de renouveler ses magasins et de chambouler l'existant. Le lancement hier de son nouveau concept d'hypermarché "Next" à Dijon en est une autre preuve. Les résultats de ces nouveaux magasins seront sans nul doute suivis avec attention dans les mois à venir.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Carrefour teste à Dijon 'Next', son nouveau concept d'hypermarché avec un grand espace bio

VIDEO: La carte du monde la plus connue est très trompeuse