Le prestataire de Casino condamné pour l'ouverture de l'hypermarché d'Angers le dimanche après-midi

Devanture d'un magasin Casino à Asnières (92) ouvert 7 jours sur 7 et toute la journée du dimanche. Business Insider France/Claire Sicard

La décision était attendue par beaucoup de monde : le groupe Casino va avoir de grosses difficultés pour continuer d'ouvrir son hypermarché Géant la Roseraie à Angers les dimanches après-midi. Le Tribunal de Grande Instance (TGI) d'Angers a rendu ce jeudi 17 octobre 2019 son jugement : il estime que Casino n'a pas le droit de faire travailler des hôtesses d'accueil et des vigiles pour garantir l'ouverture de son magasin le dimanche après-midi sans contrevenir à la réglementation du travail. Même en passant par un prestataire externe comme l'enseigne le faisait déjà. "Le TGI nous donne raison, Casino ne peut pas déroger à la règle du repos dominical", a indiqué à LSA Antoine Lelarge, secrétaire général de l'union départementale CFDT du Maine-et-Loire, l'un des cinq syndicats suivant le dossier.

C'est le prestataire, Etic Accueil, fournissant le personnel le dimanche après-midi qui était assigné directement devant le tribunal. Il a donc reçu une injonction de cesser cette prestation sous peine d'une amende de 5 000 euros par salarié et par dimanche travaillé. La société a également été condamnée à verser 500 euros pour chacune des organisations syndicales partie prenante du dossier. L'enseigne de grande distribution avait commencé le 25 août dernier à ouvrir son hypermarché les dimanches après-midi après 13h, mais sans caissier. Les clients devaient donc régler leurs achats aux caisses automatiques seulement. Du personnel (hôtesses, vigiles...) externe à Casino était donc néanmoins présent en magasin pour aider les acheteurs éventuels.

83 supermarchés ou hypermarchés Casino en mode autonome

C'est ce mode de fonctionnement qui avait fait bondir les organisations syndicales, craignant à terme pour les emplois des personnes travaillant au sein de l'hypermarché. Des manifestations et quelques échauffourées avait d'ailleurs émaillé le premier dimanche d'ouverture du magasin. Le gouvernement, par la voix d'Agnès Pannier-Runacher secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, s'interrogeait aussi sur la possibilité d'une concurrence déloyale et estimait fin août dernier : "le sujet doit être examiné par le gouvernement". L'inspection du travail s'était déplacée pour une visite en magasin le dimanche 1er septembre et avait relevé des "infractions à l'interdiction d'emploi des salariés le dimanche".

Reste maintenant à savoir ce qui va se passer pour les 200 autres magasins du groupe Casino, comprenant aussi les enseignes Franprix, Leader Price et Monoprix, qui fonctionnent actuellement en mode autonome. Pour Casino plus spécifiquement, ce serait aujourd'hui plus de 83 magasins qui fonctionneraient ainsi et sur des plages horaires élargies, au cas par cas pour chaque endroit. Antoine Lelarge l'affirme en tout cas : "on regardera de près les autres magasins utilisant des caisses automatiques et des hôtesses d'accueil". 

Concernant l'hypermarché d'Angers, Casino a indiqué à l'AFP avoir l'intention de continuer à ouvrir ce magasin le dimanche après-midi "sans animateur ou animatrice", mais avec des vigiles. "Les animateurs n’avaient toute façon pas vocation à revenir tous les dimanches"explique Casino au Figaro. "Il s’agissait d’accompagner les clients non encore habitués aux caisses automatiques. Ils arrêteront seulement plus tôt que prévu." 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Casino, Monoprix, Carrefour... Ces magasins qui fonctionnent déjà sans caissiers

VIDEO: Un joueur professionnel d'eSport explique comment il se prépare à une compétition