Castorama poursuit sa chute — et sa patronne dit qu'il n'y a pas de 'solution miracle'

Cavalier chutant de cheval. Pxhere

Le nouveau positionnement de Castorama ne fait toujours pas recette. L'enseigne spécialisée dans le bricolage échoue depuis plusieurs trimestres à redresser la barre. Sa maison-mère, Kingfisher, fait état d'un nouveau recul des ventes de Castorama de 7,6% au troisième trimestre 2018 alors que l'environnement de marché était stable. 

"La transformation est rude et nous évoluons dans un environnement de vente au détail difficile", a indiqué Véronique Laury, directrice générale de Kingfisher lors de la présentation des résultats trimestriels du groupe ce mercredi 21 novembre 2018.

"Notre principal défi est Castorama France", a-t-elle encore admis, alors que l'enseigne a récemment recentré son offre sur des produits de marque de distributeur. 

"Nous avons accéléré le passage à une stratégie de prix bas de tous les jours et avons lancé une nouvelle campagne de marketing afin de la rendre visible par nos clients. Toutefois, il n’existe pas de solution miracle", a concédé Véronique Laury. 

Plus largement, le chiffre d'affaires total du groupe Kingfisher a augmenté de 1,2% sur le troisième trimestre, clos le 31 octobre, de son exercice fiscal, à 3,04 milliards de livres.

Les résultats des autres enseignes du groupe sont contrastés. Les magasins B&Q ont vu leurs ventes constantes reculer de 2,9% au troisième trimestre tandis que celle de Screwfix ont progressé de 4,1% et celles de Brico Dépôt ont augmenté de 2,4%.

Engagé dans la troisième année de son plan quinquennal, Kingfisher a pour objectif d'accroître son bénéfice annuel de 500 millions de livres (562 millions d'euros) à partir de 2021.

Pour ce faire, le groupe Kingfisher a annoncé mercredi son intention de quitter la Russie, l'Espagne et le Portugal afin de concentrer ses efforts dans des pays où il est déjà un acteur de premier plan ou a la possibilité de le devenir.

Le groupe pilote le deuxième réseau de magasins de bricolage en Europe, derrière Adeo qui détient entre autres les enseignes Leroy Merlin et Weldom.

Par ailleurs, Kingfisher indique que les perspectives de rentabilité pour Castorama sont incertaines "étant donné les conditions de marché difficiles et l'impact de mouvements de contestation nationale en cours en France". 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 21 enseignes préférées des Français en 2018

VIDEO: Voici comment j'ai soigné mon apnée du sommeil