Ce graphique de Morgan Stanley montre pourquoi la Sécurité sociale préoccupe François Fillon

Francois Fillon en visite à la clinique Marie Lannelongue du Plessis-Robinson, le 14 décembre 2016. REUTERS/Thomas Samson

Francois Fillon en visite à la clinique Marie Lannelongue du Plessis-Robinson, le 14 décembre 2016. REUTERS/Thomas Samson

François Fillon se débat depuis plusieurs semaines avec la polémique suscitée par son projet de réforme de l'assurance-maladie. Ce mercredi 14 décembre, il a même du retirer sa proposition la plus controversée.

Pour redresser les comptes de la Sécurité sociale, le candidat de la droite à la présidentielle envisageait de faire porter à des assurances privées les petits risques et de laisser l'assurance maladie rembourser principalement les affections graves.

"A aucun moment je n'ai voulu ou je ne voudrais 'privatiser l'assurance maladie'", a clarifié François Fillon lors d'une visite d'un hôpital au Plessis-Robinson (92). "Non, je ne veux pas distinguer entre gros et petits risques mais, oui, je le dis, je veux mieux articuler les rôles de l'assurance maladie et des complémentaires car nous savons les défis financiers à venir : dont celui de l'innovation et des médicaments de plus en plus coûteux."

Ce graphique tiré d'une note d'analystes de Morgan Stanley explique pourquoi la réforme de l'assurance maladie est aussi importante pour le candidat qui promet 100 milliards d'euros d'économies:

Morgan Stanley

Morgan Stanley

Les dépenses de sécurité sociale captent une grande partie des dépenses de l'Etat, loin devant les salaires des fonctionnaires ou les dépenses de fonctionnement. Pour certains, dont François Fillon, c'est donc un gisement potentiel d'économies importantes dont personne n'a encore osé faire sauter le verrou.

C'est pourquoi Morgan Stanley parie que la réforme de l'assurance-maladie en particulier — qui a peu évolué récemment — sera un sujet de la campagne présidentielle.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a un point du programme de François Fillon qui concerne directement les startups comme Uber et Deliveroo

VIDEO: Voici ce qui se produit dans votre cerveau et votre corps quand vous devenez vegan

Contenu Sponsorisé

Votre entreprise fait face à des défis? Apprenez à vous adapter et à prospérer avec Agile

  1. Damien

    La lutte contre la fraude et l'exile fiscale rapporteraient bien plus, sans avoir à toucher à la sécurité sociale.

  2. Bernadette

    Je ne comprends pas ce graphique : ce n'est pas l'Etat qui finance la sécurité sociale, mais les cotisations sur les salaires, donc les salariés et les entreprises. Pouvez-vous m'expliquer ? Merci.

Laisser un commentaire