Publicité

Ce jour où SpaceX a laissé ses ingénieurs sur une île sans nourriture, selon un nouveau livre

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Elon Musk, patron de SpaceX. © Susan Walsh/AP
Publicité

Aux premiers jours de SpaceX, ses ingénieurs vivaient sur une île du Pacifique, où ils manquaient parfois de nourriture. Sur cette île, appelée Omelek, l'équipe faisait la course pour construire une rampe de lancement et mettre en place la fusée Falcon 1 de la société. Eric Berger, le rédacteur en chef de la section spatiale d'Ars Technica, a décrit les débuts de la société de fusées d'Elon Musk dans son nouveau livre, "Décollage", publié mardi aux États-Unis. Le récit d'Eric Berger sur les débuts de SpaceX est rempli d'anecdotes qui n'ont jamais été rapportées auparavant. Comme une tentative de lancement de fusée contrecarrée par des embruns et une mutinerie sur une île provoquée par des travailleurs affamés en 2005.

Les ingénieurs de SpaceX vivaient et travaillaient à Omelek, une partie de l'atoll de Kwajalein dans les îles Marshall, car c'est l'endroit que la compagnie a choisi pour échapper à l'armée de l'air américaine. Celle-ci avait indéfiniment retardé les efforts de la compagnie pour se lancer depuis la Californie. Mais l'armée de terre américaine, qui supervisait l'atoll, était plus favorable aux plans de SpaceX. La proximité de l'équateur permettait également d'atteindre plus facilement l'orbite.

À lire aussi — Elon Musk veut créer une nouvelle ville appelée 'Starbase' sur le site de lancement de SpaceX au Texas

La couverture du livre d'Eric Berger.  HarperCollins Publishers

Mais durant cette première année sur l'île, Eric Berger écrit : "la logistique était mauvaise". Les livraisons de fournitures étaient souvent retardées et les employés se retrouvaient parfois sans nourriture. Un jour, à l'automne 2005, les tensions ont dégénéré en mutinerie. Les employés se sont mis en grève pour forcer la livraison d'un approvisionnement d'urgence avant que le mouvement ne soit étouffé à grand renfort d'ailes de poulet et de cigarettes.

'Nous n'étions que des animaux sauvages sur l'île, attendant de la nourriture'

Après avoir fondé SpaceX en 2002, Elon Musk a dû prouver que sa société pouvait réellement faire voler des fusées, et ce, plus rapidement et à moindre coût que les fournisseurs de lancements traditionnels. La nécessité de démontrer cela rapidement a été en partie la raison pour laquelle SpaceX a utilisé les îles de l'atoll de Kwajalein pour ses lancements de fusées pendant quatre ans.

Mais Bulent Altan, un ingénieur qui travaillait pour SpaceX à l'époque, a déclaré à Eric Berger que les travailleurs de cette entreprise "se sentaient comme des esclaves sur Omelek, dépourvus de tout pouvoir". Le jour de la mutinerie, les responsables de SpaceX avaient réprimandé les ingénieurs d'Omelek pour ne pas avoir suffisamment documenté les changements apportés à la fusée. Certains des employés avaient le sentiment d'être poussés à travailler toujours plus vite, alors même que les managers ont soudainement exigé qu'ils fassent "de la paperasse et des formulaires" qui n'étaient pas nécessaires auparavant, rapporte Eric Berger. "Nous nous sommes fait botter le cul, c'était juste une énorme réprimande ", a déclaré Bulent Altan.

Les ingénieurs avaient prévu l'arrivée d'un bateau avec une cargaison de nourriture, de bière et de cigarettes. Quand le bateau n'est pas arrivé, ce fut la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. "Nous avons travaillé 24 heures sur 24", a déclaré Jeremy Hollman, l'ingénieur qui a dirigé l'équipe Omelek, à Eric Berger. "À un moment donné, tout le monde en a eu assez et a décidé que nous devions trouver un moyen de leur faire savoir que nous faisions également partie de l'équipe.

La fusée Falcon 1 de SpaceX sur la rampe de lancement du site d'essai pour des anti-missiles balistiques Ronald Reagan sur l'île d'Omelek, dans les îles Marshall, le 25 novembre 2005.  Tom Rogers/Reuters

Jeremy Hollman a appelé le directeur du lancement, Tim Buzza, et a expliqué que les membres de l'équipe Omelek ne travailleraient pas tant qu'ils n'auraient pas reçu une livraison de nourriture et de cigarettes. Les ingénieurs de SpaceX étaient en grève. Tim Buzza "a reconnu la gravité de la situation", écrit Eric Berger. Il a donc fait appel à un hélicoptère de l'armée pour apporter des cigarettes et des plateaux d'ailes de poulet à Omelek cette nuit-là.

"Nous n'étions que des animaux sauvages sur l'île, attendant de la nourriture", a déclaré Ed Thomas, un technicien de SpaceX à l'époque, à Eric Berger.

Les ingénieurs finiront par retourner au travail

Au début, il semblait que le largage du ravitaillement par l'hélicoptère allait échouer. Le pilote a refusé d'atterrir, affirmant que la tour que les ouvriers construisaient sur la rampe de lancement rendait l'atterrissage de son hélicoptère dangereux. Après que Tim Buzza a promis au pilote de lui offrir des verres, celui-ci a largué le ravitaillement par la porte de l'hélicoptère.

Avec du poulet dans l'estomac, les ingénieurs sont retournés au travail. SpaceX a tenté son premier lancement au printemps suivant, mais la fusée a pris feu et est tombée dans l'océan. Pour améliorer leur moral, Elon Musk a réservé un vol Zéro-G sur un 727 à une trentaine d'employés afin qu'ils puissent brièvement faire l'expérience de l'apesanteur que ressentent les astronautes.

En mars 2007, la première fusée de SpaceX a enfin atteint l'espace. Au moment où la compagnie a lancé son troisième vol, les employés d'Omelek avaient mis en place une cuisine bien fournie où ils se relayaient pour préparer les repas. Ils disposaient également d'un "van de mer réfrigéré" avec boissons à volonté, écrit Eric Berger.

"Tout était d'un luxe fantastique comparé au premier vol, nous avons donc adoré Omelek", a déclaré Bulent Altan. SpaceX n'est plus présent dans les îles Marshall. La société teste de nouveaux prototypes de fusées dans ses installations de Boca Chica, au Texas.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/Insider

À lire aussi — Un milliardaire japonais offre 8 places pour voyager avec SpaceX autour de la Lune

Découvrir plus d'articles sur :