Ce que l'on sait de HongMeng OS, le 'plan B' de Huawei pour remplacer Android

La firme chinoise Huawei développerait son propre système d'exploitation mobile pour ses smartphones. Antonio Villas-Boas/Business Insider

La société chinoise de télécommunications Huawei s'est vu interdire l'accès à certaines fonctions d'Android, le système d'exploitation mobile de Google, après que le gouvernement américain l'a placée sur une liste noire commerciale. Il n'est pas question ici d'une interdiction totale des appareils Huawei. Mais le fait que le constructeur asiatique soit placé sur cette liste noire affectera ses futurs appareils et cela signifie que les téléphones Huawei actuels cesseront probablement de recevoir les mises à jour Android. 

Sans le système d'exploitation de Google, les téléphones Huawei ne serviront plus qu'à caler des portes. Car Android n'est pas seulement la base fonctionnelle de tous les smartphones utilisant ce système d'exploitation, il fournit également la boutique d'applications Google Play. Cette dernière permet de télécharger et d'installer toutes les applications populaires de Google, telles que Gmail, YouTube et Google Maps, et propose un catalogue d'applications tierces toujours plus grand.

Afin de se préparer un à potentiel avenir sans Android, Huawei développerait son propre système d'exploitation mobile pour ses smartphones.

Voici ce que nous savons pour l'heure : 

Le système d'exploitation mobile de Huawei s'appellerait 'HongMeng OS'.

Le système d'exploitation mobile de Huawei serait baptisé "HongMeng OS", d'après un tweet du Global Times, journal chinois publié en anglais, qui cite d'autres médias chinois.


HongMeng OS est probablement le 'plan B' mentionné précédemment par Huawei pour remplacer Android.

Antonio Villas-Boas/Business Insider

Le système d'exploitation HongMeng OS pourrait être le fameux "plan B" de Huawei mentionné par Richard Yu, le DG du géant chinois, lors d'une interview accordée au média allemand Die Welt en mars 2019. 

Huawei aurait commencé à developper HongMeng OS en 2012.

Sean Gallup/Getty Images

HongMeng OS serait en cours de développement depuis sept ans - c'est-à-dire depuis 2012 -, rapporte le site Huawei Central qui cite des sources en provenance de Chine.

Que Huawei construise ou non son propre système d'exploitation, l'entreprise doit faire face à un énorme obstacle.

Antonio Villas-Boas/Business Insider

En septembre 2018, Wang Chenglu, le président de Huawei, a déclaré aux médias chinois que le développement d'un système d'exploitation n'était pas une tâche difficile avant de préciser que ce sont l'écosystème et le support des applications qui constitueraient le plus grand obstacle pour un système d'exploitation mobile Huawei. 

Les plates-formes mobiles ont absolument besoin d'un écosystème sain, en particulier lorsqu'il s'agit d'applications. Le manque de support des applications annoncera presque certainement la mort de tout nouveau venu sur les plates-formes mobiles. C'était toujours le plus gros problème avec la plateforme mobile Windows de Microsoft.

Pour Microsoft, ce fut un cycle sans fin de déconvenues : les téléphones Windows disposaient de la plus faible part de marché. Du coup, les développeurs d'applications ne voulaient pas dépenser du temps ou de l'argent pour développer des applications pour les téléphones de la firme de Redmont. Et comme les applications populaires mettaient du temps avant d'être disponible sur la plate-forme Windows mobile - si tant est qu'elles le soit un jour - les téléphones Windows ne parvenaient pas à convaincre les consommateurs et donc à gagner des parts de marché.

Samsung aussi a tenté sa chance, en 2015, en voulant offrir à ses clients des téléphones équipés avec le système d'exploitation de l'entreprise. Celui-ci était appelé Tizen. Il est inutile de dire que les téléphones Tizen de Samsung n'ont pas vraiment rencontré le succès. Dans une de ses critiques des téléphones Tizen de Samsung, Arts Technica a écrit : "Nous n'avons pas été impressionnés. C'était comme une copie creuse d'Android sans aucune application". Et c'est probablement le même sort qui attend un système d'exploitation Huawei. 

Le système d'exploitation de Huawei pourrait bien fonctionner en Chine. Mais l'interdiction Android de Google rendra les téléphones Huawei moins attrayants dans le reste du monde. 

Reuters/Edgar Su

Les utilisateurs chinois de smartphones sont déjà habitués à utiliser des smartphones Android qui ne disposent pas de Google Play, ainsi que les applications propres à Google et toutes les applications tierces populaires habituellement disponibles sur le Play Store - car Google Play et les applications Google sont interdites en Chine.

En revanche, dans le reste du monde, où l'accès à Google Play, aux applications Google et aux applications tierces populaires est quelque chose de fréquent, les consommateurs ne sont pas du tout susceptibles d'adopter des smartphones Huawei qui ne pourront pas leur permettre de télécharger les applications qu'ils veulent. 

Le manque de soutien de Google dans cette affaire pourrait avoir des conséquences immenses sur les ventes de smartphones Huawei. Et sa position actuelle en tant que deuxième ou troisième constructeur de téléphones dans le monde est en péril. 

Des médias suggèrent que les téléphones Huawei pourraient encore fonctionner sur une version de base d'Android avec Huawei qui rajouterait sa propre interface EMUI. Mais cela ne changerait pas grand chose pour la firme chinoise. 

Shona Ghosh/Business Insider

Il est possible que Huawei puisse adopter la version open-source et rudimentaire d'Android. L'interface de Huawei, qui fonctionne sous Android sur ses smartphones, appelée EMUI, pourrait permettre de faire en sorte que l'interdiction de Google passe inaperçue chez l'utilisateur moyen de téléphones. Huawei pourrait reprendre normalement son activité, du moins avec le consommateur chinois.

Pourtant, sans le soutien actif de Google en ce qui concerne les nouvelles fonctionnalités, les futurs mises à jour et les futures version d'Android, le constructeur chinois serait sous pression pour apporter des fonctionnalités haut de gammes à ses futurs appareils.

Et on ne sait pas encore comment les récents développements avec Google et Android affecteront le très attendu smartphone pliable Mate X de Huawei.

Reuters

Pour Huawei, le soutien de Google aurait été important pour développer une version d'Android qui fonctionne sur le très attendu smartphone pliable Mate X de la société chinoise de télécommunications.

Désormais, Huawei est tout seul. Nous devrons attendre de voir comment les choses vont évoluer, non seulement pour les smartphones ordinaires de Huawei, mais aussi pour ses smartphones pliables.

Version originale : Antonio Villas-Boas/Business Insider


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les États-Unis offrent un sursis à Huawei, des discussions sont déjà en cours avec Google

VIDEO: Voici ce que ça fait de voler à plus de 900 km/h dans un jet de combat avec des pilotes d'élite