Ce que pèserait une fusion Renault/Fiat Chrysler par rapport aux deux premiers constructeurs mondiaux

Le pilote de Formule 1 de l'écurie Renault Daniel Ricciardo, lors d'une conférence de presse avant le Grand Prix de Monaco, le 22 mai 2019. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Fiat Chrysler Automobiles (CFA) a fait part de son souhait de fusionner avec Renault, lundi 27 mai. Le projet présenté par le constructeur italo-américain prévoit un nouveau groupe détenu à 50% par ses actionnaires et à 50% par ceux du groupe automobile français. Ce nouvel ensemble serait coté à Paris, New York et Milan et pèserait près de 35 milliards de dollars en Bourse, au regard de la capitalisation boursière actuelle de Renault et Fiat Chrysler, dont les actions décollent respectivement de 15,01% et 10,93% à 14h30 ce lundi.

La direction de Renault a indiqué dans un communiqué "étudier avec intérêt l’opportunité d’un tel rapprochement, confortant l’empreinte industrielle du groupe Renault et générateur de valeur additionnelle pour l’Alliance (Renault-Nissan-Mitsubishi, ndlr)". Le gouvernement français accueille pour sa part de manière "assez favorable" ce projet de fusion, a déclaré sa porte-parole Sibeth Ndiaye sur BFM TV. CFA anticipe 5 milliards d'euros de synergies annuelles grâce à un tel mariage. Le nouveau groupe constitué représenterait le troisième constructeur automobile mondial, avec 8,7 millions de véhicules vendus chaque année. 

Devant lui, figurerait l'allemand Volkswagen, qui a écoulé plus de 10,8 millions de véhicules en 2018, ainsi que le japonais Toyota et ses 10,6 millions de véhicules vendus au cours de son dernier exercice. Avec ses partenaires de l'Alliance, Nissan et Mitsubishi Motors, Renault a toutefois atteint les 10,76 millions d'unités vendues en 2018.

Un mariage entre Renault et Fiat Chrysler offrirait "un portefeuille de marques étendu et complémentaire" et permettrait "une couverture complète du marché, du luxe au segment grand public", estime CFA. Le chiffre d'affaires annuel combiné des deux constructeurs s'élèverait à près de 168 milliards d'euros, contre 235,8 milliards d'euros de ventes réalisées par Volkswagen l'an passé (et un chiffre d'affaires supérieur à 220 milliards d'euros pour Toyota). Si Renault pourrait apporter son savoir-faire dans les véhicules électriques, CFA permettrait de son côté au constructeur tricolore de mettre un pied en Amérique de Nord, où le groupe italo-américain écoule notamment ses gros SUV et ses pick-up.  

Renault a des usines un peu partout dans le monde, sauf en Amérique du Nord.

Nombre de véhicules vendus par Renault en 2018 : 3,88 millions, dont 1,92 million rien qu'en Europe. 

Pour un portefeuille de sept marques, dont quatre présentes en Europe  : Renault, Dacia, Lada et Alpine, ainsi que Renault Samsung Motors, Jinbei et Huasong opérant essentiellement en Asie. 

Chiffre d'affaires annuel : 57,42 milliards d'euros

Résultat net : 3,45 milliards d'euros

Capitalisation boursière : 16,9 milliards d'euros

Le premier marché de Renault est logiquement la France, suivie de la Russie, l'Allemagne, la Chine, le Brésil, l'Italie, l'Espagne et la Turquie. Présent dans 134 pays à travers le monde, le constructeur compte aujourd'hui plus de 180 000 collaborateurs, dispose de 36 sites de fabrication et de 12 700 points de ventes.

Fiat Chrysler possède à l'inverse près de 30 usines de production aux Etats-Unis.

Véhicules vendus par Fiat Chrysler l'an passé : 4,84 millions de véhicules, dont 2,5 millions rien qu'aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique, et 1,01 million en Europe.

Pour un portefeuille de 11 marques : Chrysler, Fiat, Alfa Romeo, Jeep, Dodge, Lancia, Abarth, Maserati, Mopar, SRT, RAM Trucks.

Chiffre d'affaires : 110,41 milliards d'euros

Résultat net : 3,63 milliards d'euros

Capitalisation boursière : 17,9 milliards d'euros

Le groupe Fiat Chrysler, formé en 2014 suite au rachat de Chrysler par Fiat, est présent sur 135 marchés à travers le monde. Il possède 102 usines et compte 199 000 salariés. 

En comparaison, Volkswagen est de son côté encore peu présent aux Etats-Unis.

Le groupe allemand, qui compte de nombreuses marques dans son portefeuille, comme Audi, Bentley, Seat, Porsche, Lamborghini, Bugatti et Skoda, a dégagé 12,2 milliards d'euros de bénéfices l'an dernier. Il a annoncé en début d'année la construction d'une deuxième usine de production aux Etats-Unis, à Chattanooga, dans le Tennessee, où se trouve déjà sa première usine. Volkswagen a écoulé plus de 10,8 millions de véhicules en 2018.

La capitalisation boursière de la société Volkswagen s'élève à environ 73 milliards d'euros, soit bien plus que celles de Renault et Fiat Chrysler cumulées, mais aussi bien moins que la capitalisation de Toyota, qui atteint environ 172 milliards d'euros. Le constructeur japonais revendique de son côté 63 sites de production dans le monde dont huit aux Etats-Unis et un en France. Il a vendu 10,6 millions de véhicules lors de son exercice 2018-2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Fiat et Renault s'apprêtent à créer le 3e constructeur automobile mondial

VIDEO : Voici comment le contenant des boissons gazeuses change leur saveur