Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Ce que vous devez savoir du pass sanitaire, indispensable pour profiter de l'été

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


L'application TousAntiCovid pourra être utilisée dans tous les pays membres de l'Union européenne. © © Koonsiri Boonnak

Cet été, ne partez pas sans votre pass. Clément Beaune, le secrétaire d’État aux affaires européennes, a déclaré ce dimanche 16 mai sur Europe 1 qu’il faudra obligatoirement présenter la fameuse attestation à tous les événements rassemblant plus de 1 000 personnes. Dans les faits, ce sont principalement les stades, les salles de concerts, de conférences, les foires et les festivals qui sont concernés par cette mesure.

Le gouvernement espère ainsi freiner la propagation du virus lors des grands évènements, à l’origine de nombreux clusters depuis le début de la pandémie. Selon une étude Ifop pour le site Bonjour New York dévoilée par Le Parisien le week-end dernier, 68% des Français se disent déjà favorable à cette mesure. Pour obtenir cette dérogation il faudra, au choix : se faire vacciner, passer un test anti-Covid ou être certifié "récemment guéri” du coronavirus par le médecin. Un QR code sera délivré avec le justificatif, que l’on pourra ensuite scanner depuis l’application TousAntiCovid sur son smartphone. Le test virologique, RT-PCR ou antigénique négatif devra avoir été effectué "dans un délai de moins de 48 heures", en laboratoire ou en pharmacie pour le moment, selon le Conseil scientifique.

À lire aussi – L'Espagne annonce un pass sanitaire en juin et va pouvoir accueillir les touristes

'Une condition de la liberté'

D’abord rejeté par une partie des députés, puis finalement adopté le 12 mai par l’Assemblée nationale, le pass sanitaire a fait l’objet de critiques pour son côté “fichage” de la population. La CNIL, le gendarme français de la protection des données, s’est finalement déclarée favorable à son instauration. “ C'est une condition de la liberté et non une mesure liberticide”, déclare Roland Lescure, député (LREM) des Français d'Amérique du Nord, à Business Insider. "On n'oblige pas les gens à se vacciner non plus, ils peuvent présenter le test négatif et participer à un festival par exemple. En revanche, il faut accepter de soumettre son identité si l'on veut profiter de la fête sans la gâcher. C'est du donnant-donnant" ajoute t-il.

À noter que la prudence est de rigueur en ce qui concerne l'usurpation d’identité puisqu’un inconnu peut scanner le justificatif médical d’une autre personne et ainsi récupérer des informations sensibles, ou tout simplement se faire passer pour vacciné.

À lire aussi – Les vaccins Pfizer et Moderna résisteraient au variant indien, selon une étude

Contrôle d'un QR code aux douanes

Pour aller à l’étranger cet été, il s'annonce recommandé de passer par la phase piqûre puisqu’un pass sanitaire sera aussi mis en place à l’échelle européenne, annoncé pour la fin du mois de juin. Nommé “certificat vert numérique”, il permettra à n’importe quel citoyen de l'UE de circuler dans les 27 pays membres sans passer par une période de quarantaine.

Bruxelles n'a pas développé d'application propre à son organisation, mais a obtenu un consensus de tous les États pour s'appuyer sur la technologie de QR code lors des vérifications. Les autorités de n'importe quel pays pourront ainsi contrôler lors d'un passage de douane que le ressortissant étranger est soit vacciné, soit négatif au Covid en scannant son appli ou en présentant un justificatif médical.

"Les négociations entre les eurodéputés et les représentants des États membres sont encore en cours en ce qui concerne le prix des tests", nous précise la Commission Européenne. Le coût pour se faire tester peut varier d'une centaine d'euros d'un pays à l'autre . "Les parlementaires réclament la gratuité dans l'ensemble de l'UE, ce à quoi les gouvernements s'opposent, avançant que chaque État dispose d'un système médical qui lui est propre".

L'idée d'un pass sanitaire mondial n'est pas non plus à exclure, la piste d'une extension du certificat numérique jusqu'au continent nord-américain est déjà évoquée à Bruxelles.

À lire aussi – Cette carte récapitule les restrictions sanitaires pays par pays pour voyager cet été

Découvrir plus d'articles sur :