Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Ce qu'il faut savoir sur 'X', le mystérieux laboratoire de Google, et ses projets futuristes

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ce qu'il faut savoir sur 'X', le mystérieux laboratoire de Google, et ses projets futuristes
Astro Teller, qui dirige le laboratoire X. © Thomson Reuters

Peu d'éléments concernant Alphabet sont plus fascinants que son laboratoire de recherche futuriste, X. Des drones aux voitures sans conducteur, cette division ultrasecrète et libre d'action a donné naissance à certains des plus grands projets de la maison-mère de Google. Certains d'entre eux, comme l'entreprise de véhicules autonomes Waymo, sont devenus des entités à part entière au sein d'Alphabet. D'autres, comme l'entreprise de stockage d'énergie Malta, sont devenues des entreprises indépendantes.

Certains projets, au contraire, sont tombés à l'eau. En février, Alphabet a annoncé qu'elle fermait son entreprise Loon, qui voulait développer l'accessibilité à Internet grâce à des ballons d'hélium. L'année dernière, c'est le projet de cerf-volants éoliens Makani qui a mis la clé sous la porte.

À lire aussi — IBM, Google, Twitter, TikTok... Quel âge ont les géants de la tech ?

Mais le groupe a toujours l'ambition de lancer la prochaine grande entreprise d'Alphabet. Il pourrait s'agir d'une entreprise de robotique industrielle, ou du projet de mobilité SmartyPants. Il pourrait également s'agir d'un projet axé sur la résolution de la crise climatique, un sujet qui a pris une importance croissante au sein du laboratoire.

Nous avons rassemblé quelques-uns des projets les plus prometteurs en cours de développement au sein de X, sur la base des informations d'Insider et d'autres organes de presse.

Mineral

Mineral. Alphabet

En 2018, la société X d'Alphabet a annoncé explorer de nouvelles façons d'utiliser l'intelligence artificielle dans la production alimentaire. En octobre, elle a révélé que cette recherche se poursuivait dans le cadre d'un projet baptisé Mineral.

Mineral vise à changer l'agriculture en utilisant ce qu'il appelle l'agriculture "computationnelle". En d'autres mots, il s'agit de trouver des moyens novateurs d'utiliser la technologie pour donner aux agriculteurs un meilleur aperçu de ce qui se passe dans leur champ.

L'entreprise affirme qu'en suivant le développement des plantes, les cultivateurs peuvent mieux prévoir la taille et le rendement de la récolte, ce qui peut ensuite les aider à faire de meilleures projections de rendement.

À lire aussi — Google assure qu'il va cesser de tracer individuellement les utilisateurs

Elliot Grant est à la tête du projet. Il était auparavant PDG de HarvestMark, une plateforme permettant de retracer les aliments jusqu'à leur source agricole.

L'un des éléments centraux de Mineral est constitué de buggys électriques alimentés par l'énergie solaire qui peuvent se déplacer dans un champ et capturer des données sur les cultures à l'aide de caméras et d'autres capteurs. Ces données seraient ensuite combinées à des images satellites, ainsi qu'à des données sur le sol et la météo, afin d'identifier des modèles et de donner aux agriculteurs une meilleure compréhension de la croissance de leurs cultures.

L'équipe a déclaré qu'elle travaillait actuellement avec des sélectionneurs et des cultivateurs en Argentine, au Canada, aux États-Unis et en Afrique du Sud.

"Tout comme le microscope a conduit à une transformation de la manière dont les maladies sont détectées et gérées, nous espérons que de meilleurs outils permettront à l'industrie agricole de transformer la manière dont les aliments sont cultivés", a écrit le responsable du projet, dans un billet de blog.

Everyday Robot Project

Google

Il fut un temps où Google avait un réel penchant pour les robots. À tel point qu'en 2013, le géant s'est lancé dans une frénésie de dépenses pour des entreprises de robotique, dont Boston Dynamics. Mais ces rêves se sont effondrés et, en 2017, Google a vendu Boston Dynamics au conglomérat technologique japonais SoftBank.

Aujourd'hui, les aspirations de l'entreprise en matière de robots pourraient se raviver, mais avec une touche de nouveauté. En 2019, X a annoncé le lancement du Everyday Robot Project, une initiative visant à construire des robots qui peuvent être "enseignés" plutôt que simplement codés.

Le projet est supervisé par le directeur général Hans Peter Brondmo.

À lire aussi — Google lance ses robotaxis Waymo à l'assaut des collines de San Francisco

"Il est possible pour les robots d'apprendre à effectuer de nouvelles tâches dans le monde réel simplement par la pratique, plutôt que de demander aux ingénieurs de 'coder à la main' chaque nouvelle tâche, exception ou amélioration", a-t-il écrit dans un billet de blog annonçant le projet.

L'équipe affirme qu'elle construit ces robots pour travailler dans des environnements "non structurés". "Pour que les robots soient utiles au quotidien, ils doivent comprendre et donner du sens aux espaces où nous vivons et travaillons, et s'y adapter au fur et à mesure qu'ils acquièrent de l'expérience. Cela nécessite de nouvelles formes d'intelligence artificielle", écrit l'équipe sur son site web.

Le projet teste actuellement ses robots dans des environnements de travail en Californie du Nord. Les premiers résultats sont "encourageants", les robots effectuant des tâches telles que le recyclage (plutôt lentement, selon l'équipe).

À terme, le projet Everyday Robotics pourrait permettre à Alphabet de concurrencer la propre initiative robotique d'Amazon.

Wolverine

Wolverine. Marvel Comics; Matt Weinberger/Business Insider

X travaille activement sur plusieurs projets d'accessoires électroniques, mais des sources ont déclaré à Insider que l'un des plus prometteurs est un dispositif de réalité augmentée axé sur l'avenir de l'audition.

Il porte le nom de code Wolverine, une référence aux sens aiguisés du mutant (et à l'un des personnages préférés du chef de projet, selon une source). L'équipe de Wolverine a commencé à travailler sur le projet en 2018, et les sources disent qu'une grande partie du travail a été concentrée sur l'itération d'un dispositif qui donnerait aux porteurs des capacités auditives améliorées.

À lire aussi — Google écope d'1M€ d'amende pour avoir établi un "classement trompeur" des hôtels en France

L'une des "fonctionnalités" initiales que l'équipe s'est efforcée de résoudre est la ségrégation de la parole, permettant au porteur de se concentrer sur un orateur particulier dans un contexte de groupe avec des conversations qui se chevauchent.

Toutefois, comme pour d'autres projets de X, l'objectif ultime est de faire de ce projet une entreprise, et non un seul appareil ou une seule technologie. Wolverine est dirigé par Jason Rugolo, un ancien directeur d'ARPA-E qui a rejoint X en 2017.

Le projet n'en est encore qu'à ses débuts, mais des sources indiquent que Wolverine a pris de l'ampleur et a recruté quelques noms notables, dont Simon Carlile, ancien vice-président de Starkey Hearing Technologies, en tant que responsable technique.

Tidal

Tidal. Alphabet

Tidal est le projet de conservation des océans de X, qui vise à rendre la pisciculture plus durable.

Il est à certains égards similaire à Mineral. L'initiative utilise des caméras et des "outils de perception automatique" pour surveiller et interpréter le comportement des poissons non visibles à l'œil nu. Au fil du temps, ces données peuvent aider les pisciculteurs à gérer leurs enclos plus efficacement.

"Nous ne pouvons pas protéger ce que nous ne comprenons pas", écrivait Neil Davé, directeur général de Tidal, dans un billet de blog publié l'année dernière pour le lancement du projet. "La pollution et les pratiques de pêche non durables signifient qu'il y aura bientôt plus de plastique que de poissons dans la mer, tandis que l'acidification rapide tue les coraux et les créatures marines."

Bien que le projet n'a été révélé publiquement pour la première fois qu'en mars 2020, le Financial Times a rapporté qu'il était déjà en cours depuis trois ans.

À lire aussi — Les téléphones Pixel de Google pourront bientôt mesurer les battements du cœur

Projet de robotique industrielle

Wendy Tan White - X. Alphabet

Everyday n'est pas le seul projet de robotique en développement au sein de X. En décembre dernier, The Information rapportait l'existence d'un projet de robotique industrielle prévoyant d'automatiser certains types d'usines.

Ce projet serait supervisé par Wendy Tan White, qui a rejoint X en 2019, selon le média. Vice-présidente de X et "mentor moonshot", elle a pris en charge le projet de Dean Banks, qui a quitté son poste chez X pour devenir le PDG de Tyson Foods.

Une source a déclaré à The Information que le projet était susceptible de devenir une filiale autonome d'Alphabet cette année. Une porte-parole de X n'a pas fait de commentaires sur les spécificités du projet, mais a confirmé qu'il existait d'autres projets de robotique en addition à Everyday.

Taara

Alphabet

Apporter l'Internet à haut débit au monde entier est un objectif de longue date d'Alphabet. L'entreprise a essayé de mettre en place de nouvelles formes d'Internet à haut débit par le biais de Google Fiber et, jusqu'à récemment, de Loon.

Le projet Taara du laboratoire X est un moyen de remplacer la fibre optique, en transmettant de grandes quantités de données à grande vitesse à l'aide de faisceaux lumineux au lieu de câbles physiques. "La planification et le creusement de tranchées pour poser des lignes peuvent être longs et coûteux, et les terrains difficiles peuvent poser des défis physiques qui rendent l'expansion presque impossible", écrit l'équipe sur le site Web du projet.

À lire aussi — Google reçoit une lourde amende pour discriminations envers des femmes et des Asiatiques

L'idée est en fait née de Loon, l'initiative d'Alphabet qui visait à fournir un accès à Internet dans les zones rurales à l'aide de ballons à haute altitude, et qui a été fermée fin janvier. L'équipe a commencé à travailler sur cette technologie en 2017 en tant que ramification de Loon, et Taara a été officiellement annoncé en tant que projet autonome en novembre 2020.

Mahesh Krishnaswamy, précédemment responsable de la fabrication et de la chaîne d'approvisionnement pour Loon, est maintenant le chef d'équipe sur Taara. Avec une ligne de vue claire, la technologie lumineuse de Taara (appelée Free Space Optical Communication ou FSOC) peut transmettre sans fil des données à des vitesses élevées, jusqu'à 20 Gigabits/s, indique l'équipe.

L'équipe s'efforce actuellement de fournir ces vitesses sur des distances de vingt kilomètres ou plus, tout en facilitant le déploiement des unités par les partenaires.

Smartypants

Alphabet

SmartyPants est un projet dont X n'est pas encore prêt à trop évoquer, mais il a laissé échapper quelques indices ici et là. Jusqu'à présent, nous savons qu'il s'agit littéralement d'un pantalon qui peut améliorer la mobilité des personnes éprouvant des difficultés à marcher, en utilisant une combinaison de robotique, d'IA, d'apprentissage automatique et de tissu.

"L'espace du vieillissement en général n'a pas bénéficié de suffisamment d'investissements", a déclaré Kathryn Zealand, chef de projet sur SmartyPants, à Wired lors d'une démonstration l'année dernière. "Les données démographiques signifient que cela va être très important à l'avenir".

À lire aussi — Les 10 questions qui ont connu un boom de recherches sur Google en France en 2020

Le pantalon "voit" son environnement en utilisant une combinaison de capteurs et d'apprentissage automatique, aidant le porteur à se déplacer en toute sécurité. Certaines offres d'emploi pour les projets révèlent également des indices sur le projet.

"L'équipe est multidisciplinaire, réunissant des compétences en apprentissage automatique, en biomécanique, en robotique et en produits souples", note une annonce, dont un porte-parole a confirmé qu'il s'agissait d'un emploi concernant SmartyPants. "Le projet sera dans une phase de prototypage, en itérant rapidement et en mettant en œuvre des idées pour dé-risquer progressivement l'idée d'un point de vue technique."

SmartyPants a également fait une apparition dans une vidéo officielle que la société a publiée l'année dernière et qui plongeait dans le laboratoire de prototypage de X.

Version originale : Hugh Langley/Insider

À lire aussi — Facebook pourrait lancer une montre connectée pour collecter plus de données face à Apple et Google

Découvrir plus d'articles sur :