Ce que vous pourrez voir sur Salto, la plateforme de TF1, France TV et M6

La page d'accueil du site de Salto. Capture d'écran

Le feu vert est enfin donné. Un an après l'annonce du projet, TF1, France Télévision et M6 ont fini par obtenir l'autorisation de l'Autorité de la concurrence pour lancer Salto, leur offre de télévision à la demande par abonnement. Dans un communiqué commun publié lundi 12 août, les trois groupes français prévoient l'arrivée de la plateforme au premier trimestre 2020. L'objectif affiché : s'unir pour lutter contre la concurrence des géants du streaming, Netflix en tête.

"Le lancement de Salto constituera une avancée majeure pour le secteur audiovisuel français, qui fait face à la concurrence frontale des plateformes internationales", précise le communiqué. "Les Groupes France Télévisions, M6 et TF1 conjugueront en effet leurs forces et proposeront une réponse locale ambitieuse aux nouvelles attentes du public, tout en renforçant davantage encore leur participation active à la création française et européenne."

Mais plutôt que d'un Netflix à la française, il s'agira plus d'un Hulu version tricolore. En effet, comme le service créé en 2007 aux Etats-Unis par plusieurs grandes chaînes, Salto comportera deux formules d'abonnements, selon les informations rapportées par Le Monde dès juin 2018.

Voici ce que devrait contenir chacune de ces formules :

Un premier abonnement pour accéder à toutes les chaînes des 3 groupes en direct et aux programmes en replay

"Quotidien", l'émission de TMC, devrait en toute logique être disponible en replay sur Salto. Capture d'écran YouTube

La première offre pourrait coûter entre 2 et 5 euros par mois, selon Le Monde. Elle permettra d'accéder à toutes les chaînes gratuites éditées par les trois groupes. Elles sont au nombre de 14 : TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI, France 2, France 3, France 4, France 5, France O, France Info, M6, W9 et 6Ter.

Le groupe M6 vient également de racheter Gulli — une opération qui sera effective en septembre — qui devrait logiquement intégrer l'offre elle aussi.

Les abonnés à cette offre de Salto pourront aussi retrouver les programmes de ces chaînes en replay, avec des services "premium" comme la disponibilité des programmes plus d'une semaine après la diffusion, des avant-premières, ou encore la possibilité de reprendre du début un programme en cours. Rien n'indique pour l'instant si ces programmes en replay seront accompagnés de publicité ou non.

Ces services "premium" sont déjà disponibles sur la plupart des box des opérateurs. Il ne s'agit là pas d'une nouveauté. En revanche, Salto les rendra accessible sur mobile, tablette, ordinateurs et les télés connectées.

L'Autorité de la concurrence veille à ce que les chaînes et services de replay des trois groupes restent accessibles ailleurs que sur Salto — sur les box des opérateurs ou sur les plateformes telles que Molotov ou MyCanal. Pour permettre à Salto de se différencier, la plateforme pourra tout de même "bénéficier d'exclusivités temporaires pour des services et fonctionnalités dont elle serait elle-même à l'initiative".

Un second abonnement pour accéder à un catalogue de programmes à la demande en illimité

"Dix pour cent", actuellement disponible sur Netflix, pourrait arriver sur Salto, mais peut être pas en exclusivité. Capture d'écran YouTube

Cette deuxième offre pourrait coûter entre 7 et 8 euros par mois selon Le Monde. Elle permettra d'accéder en illimité à un catalogue de programme à la demande (séries, films, documentaires, dessins animés, information et divertissement). Rien n'indique, pour l'instant, si cette offre inclura aussi les services du premier abonnement, mais on imagine mal le contraire.

C'est à travers cette deuxième offre que Salto se retrouve en concurrence frontale avec Netflix. Sauf que, pour l'instant, il est impossible de savoir précisément quels programmes seront proposé dans le catalogue, juste qu'il s'agira de mettre en valeur la création française et européenne. Si on pourrait penser que toutes les séries diffusées par TF1, France TV et M6 arriveront ensuite sur Salto, en réalité ce sera loin d'être le cas.

En effet, les droits de diffusion de ces programmes appartiennent à leur producteur et non à la chaîne qui les diffuse. C'est pourquoi on peut voir aujourd'hui les trois saisons de "Dix pour cent" sur Netflix, ou les épisodes de "Demain nous appartient" sur Amazon Prime Video.

Salto regroupant trois des principaux acheteurs de productions françaises, l'Autorité de la concurrence et les trois groupes se sont mis d'accord sur plusieurs limitations afin de ne pas porter préjudice aux concurrents et aux ayant-droits. Ainsi, TF1, France TV et M6 devront "limiter leurs possibilités d'achats couplés de droits" pour leurs chaînes et Salto. Ce qui signifie que Salto va devoir sortir le carnet de chèques de son côté pour acquérir des droits de diffusion.

De plus, "la capacité d'approvisionnement en contenus exclusifs de Salto auprès de ses sociétés-mères sera limitée". Cela veut dire que les chaînes ne pourront pas réserver toutes leurs créations originales pour Salto uniquement. Des séries de TF1, France TV ou M6 pourraient donc toujours se trouver sur Netflix ou Amazon à l'avenir.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 7 astuces pour mieux profiter de vos vidéos YouTube

VIDEO: Cette entreprise a transformé ses locaux en une gigantesque piscine à boules le temps d'une journée