Publicité

Ce qui va changer sur les sites de rencontres après la pandémie, selon cette 'love coach'

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ce qui va changer sur les sites de rencontres après la pandémie, selon cette 'love coach'
Meredith Golden a lancé sa propre application de rencontres en 2015. © Sam Khan
Publicité

Meredith Golden est coach professionnelle en rencontres et rédactrice de profils de rencontres

Il y a quelques semaines, ma boîte de réception a soudainement commencé à se remplir de demandes de renseignements sur mon profil et mes services de coaching. Ce regain d'intérêt s'explique de deux façons : l'arrivée de l'été et le déploiement des vaccins contre le Covid-19.

Alors que tous ceux qui ont passé l'année dernière seuls à la maison sont impatients de rattraper le temps perdu, les personnes prioritaires à la vaccination sont comme des taureaux dans l'arène des rencontres.

À lire aussi — Tinder, Happn, Grindr... Les 10 applis de rencontre les plus utilisées par les Français en 2020

De nos jours, "vacciné" est le détail le plus sexy que vous puissiez ajouter à votre bio sur une appli de rencontres.

Je vois maintenant des mises à jour de l'état vaccinal des utilisateurs tous les trois ou quatre profils. C'est devenu une marque d'honneur ainsi qu'un excellent moyen d'engager la conversation. Les gens ne se contentent pas de mentionner qu'ils ont été vaccinés, ils expliquent aussi en détails quel vaccin ils ont reçu et s'ils sont à moitié ou complètement vaccinés. Certains incluent même un émoji 💉 qui attire l'attention. Partager ce type de détails est devenu un moyen facile de faire passer une conversation à l'étape suivante du processus de rencontre. C'est vraiment devenu le moyen ultime de briser la glace en se disant : "Nous sommes tous les deux vaccinés, alors nous devrions sortir fêter ça."

Alors que les recherches se poursuivent pour savoir si les vaccins empêchent totalement la transmission du virus, de nombreux célibataires considèrent toujours qu'une personne vaccinée est une option plus sûre. En fin de compte, s'ils ont le choix de sortir avec un non-vacciné ou un vacciné, on connaît d'avance celui qui sera sélectionné.

Les gens veulent sortir à nouveau avec quelqu'un sans craindre de se retrouver sous respirateur.

Mais la sécurité n'est pas le seul facteur. Les gens veulent aussi faire le meilleur usage possible de leur temps.

Je considère depuis longtemps la visioconférence comme un outil de sélection intelligent, car il permet de déterminer si la personne avec laquelle vous discutez vaut la peine d'être rencontrée en personne. C'est un moyen facile et efficace de faire progresser une relation, surtout depuis que le travail a été réimaginé.

Cette flexibilité a rendu les gens plus ouverts à des rencontres internationales. Ils n'ont plus besoin de monter dans un avion et de se "rencontrer" pour la première fois à l'aveuglette. La technologie fait évoluer le processus de rencontre à distance.

L'une de mes clientes était initialement très sceptique quant à l'utilisation de la visio. Elle était enthousiaste à l'idée d'avancer avec quelqu'un et de le rencontrer en personne et se disait "Je crois que celui-là me plaît. Il a l'air génial". Cependant, je lui ai dit qu'elle ne pouvait pas vraiment l'apprécier parce qu'elle ne le connaissait même pas et je l'ai encouragée à avoir d'abord une conversation en visio. Quelques jours plus tard, j'ai reçu un SMS disant : "J'ai évité un gros flop avec lui. Merci !"

Si les outils de visioconférence étaient disponibles bien avant la pandémie, elles n'étaient pas souvent utilisées. Depuis le Covid-19, de plus en plus de personnes ont compris leur valeur, et je pense que ces nouvelles technologies ont désormais une place pérenne dans la société.

En fin de compte, les célibataires investissent beaucoup de temps, d'efforts, d'énergie et d'argent pour faire des rencontres. Alors lorsqu'ils ne parviennent pas à trouver un partenaire, ils peuvent se sentir frustrés et vaincus.

À lire aussi — Facebook teste Sparked, une application de rencontre et de speed dating en vidéo

Après avoir été isolés l'année dernière, certains célibataires oublient leurs exigences d'avant la pandémie.

Les gens sont prêts à se remettre en selle avec un esprit plus ouvert. De nombreuses personnes appréhendent toujours de faire des rencontres, mais leur envie de trouver la bonne personne surpasse leurs craintes.

L'une de mes clientes, qui avait beaucoup d'exigences pré-COVID, s'est clairement ravisée, puisqu'elle a fini par me dire : "S'il mesure plus d'un mètre quatre-vingt et qu'il est vacciné, je suis partante !".

Le style de rencontre pré-COVID-19 est encore une sorte de nouveauté pour le moment. Ces premiers jours et les attitudes autour des rencontres seront très probablement différents dans six mois, quand les gens commenceront à adapter leur style de vie et leur mentalité.

Les célibataires préfèrent savoir qu'une relation n'avance pas plutôt que d'être rejetés.

C'est généralement l'ambiguïté et le hasard des rencontres qui créent de l'anxiété. Si vous savez que vous ne plaisez pas à une personne, votre cerveau arrête de ruminer, la boucle est bouclée et vous pouvez passer à autre chose. Il y a beaucoup de choses à dire sur la fin d'une relation.

Bien que de nombreuses applications fassent de leur mieux pour faire correspondre les gens, elles ne répondent pas aux points de blocage courants des rencontres. Parmi eux le manque de feedback, les mauvaises manières et le désir de mettre un terme à une relation.

Après avoir été coach en rencontres pendant plus de cinq ans, j'ai décidé de créer une application de rencontres appelée Darma. Elle permet à ses utilisateurs de se rencontrer en leur offrant la possibilité de recevoir des commentaires, un retour sur leur date pour pouvoir comprendre ce qui n'a pas marché et passer à autre chose. Ce qu'aucune autre application ne fait. Le feedback sur ces dates peut souvent révéler des choses que vous ignoriez sur votre comportement ou confirmer que vous faites tout ce qu'il faut. Dans tous les cas, il est utile pour une personne de savoir quelle image elle renvoie.

Si un célibataire donne le numéro de portable de son date, Darma le suit et lui demande son avis sur une série d'options présélectionnées, allant des bonnes manières de sa prétendant(e), sa ponctualité, sa tenue et son hygiène personnelle. Il y a même un bouton "fermeture" très pratique qui vous permet d'envoyer un texte expliquant à un prétendant(e) que vous préférez ne plus le(la) revoir plutôt que d'ignorer ses relances.

Les utilisateurs souhaitent avoir davantage de 'matchs' sur une application de rencontres, car ces derniers créent des opportunités.

Le secteur des rencontres évoluera encore après le Covid-19, et si tout le monde ne peut pas se permettre de m'engager ou d'engager un autre coach love, ce n'est pas une fin en soi. Mon travail m'a appris que de nombreux problèmes liés aux rencontres peuvent être facilement résolus grâce à la technologie.

Version originale : Meredith Golden s'est confiée à Jenny Powers/Insider

À lire aussi — Tinder pourrait lancer des accessoires pour téléphone et des vêtements à son nom

Découvrir plus d'articles sur :