Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La BCE laisse sa politique monétaire inchangée pour la zone euro en dépit de perspectives économiques plus sombres

La BCE laisse sa politique monétaire inchangée pour la zone euro en dépit de perspectives économiques plus sombres
© REUTERS/Francois Lenoir/File Photo

Comme attendu par les marchés financiers, la Banque centrale européenne a laissé inchangée sa politique monétaire pour la zone euro.

Le Conseil des gouverneurs de l'institution se réunissait ce jeudi 25 octobre, à Francfort, dans un contexte tendu alors que la Commission européenne a rejeté le budget présenté par le gouvernement italien.

En dépit des turbulences subies par les marchés, en raison de l'accumulation des incertitudes politiques et commerciales, la BCE a annoncé:

  • Le maintien de ses taux d'intérêt directeurs à leurs niveaux actuels au moins jusqu'à l'été 2019, et "aussi longtemps que nécessaire" pour assurer le retour de l'inflation à un taux légèrement inférieur à 2% à moyen terme. Les taux d'intérêt des opérations principales de refinancement, ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt, demeurent donc respectivement à 0,0 %, 0,25 % et -0,4 %.
  • La poursuite des rachats d'actifs — réduits de moitié, à 15 milliards d'euros par mois depuis octobre 2018 — jusqu'à la fin de l'année, puis l'arrêt de ses rachats si les chiffres "confirment les perspectives d’inflation à moyen terme".
  • Le réinvestissement de l'argent issu du remboursement des titres obligataires acquis massivement dans le cadre de son plan de rachat d'actifs, "pendant une période prolongée après la fin des achats nets d’actifs".

Ces rachats s'inscrivent dans le cadre du programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la BCE. Lancé en 2015 pour stimuler l'économie de la zone, ils s'élèvent au total à 2600 milliards d'euros.

Le devenir des fonds provenant des obligations arrivées à échéance interroge les marchés obligataires, alors que les réinvestissements devraient continuer à jouer un rôle d'amortisseur pour la zone euro une fois le QE terminé.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :