Publicité

Ce superordinateur japonais a une mission : découvrir l'origine de l'univers

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ce superordinateur japonais a une mission : découvrir l'origine de l'univers
Le supercalculateur japonais dédié aux simulations astronomiques. © National Astronomical Observatory of Japan
Publicité

Le Big Bang est l'un des plus grands mystères que l'Humanité tente de résoudre depuis plus d'un siècle. Le superordinateur japonais ATERUI II — le superordinateur le plus rapide du monde dédié aux simulations astronomiques — est à présent lui aussi mis à contribution. Sa tâche consiste à découvrir comment l'univers est passé de rien à l'explosion à un milliard, un milliard de fois sa taille en moins d'un trillionième de trillionième de microseconde, il y a 13,8 milliards d'années. (Un trillion équivalent à un milliard de milliard, ndlt.)

L'équipe de recherche dirigée par Masato Shirasaki — professeur assistant à l'Observatoire astronomique national du Japon (NAOJ) — a utilisé le superordinateur pour créer 4 000 univers simulés. "La méthode peut raccourcir le temps d'observation nécessaire pour distinguer les différentes théories de l'inflation", peut-on lire dans le communiqué de presse. Le phénomène qui consiste à passer de rien à tout est ce que les scientifiques appellent "l'inflation" — la théorie de l'expansion de l'univers à ses débuts. Cela a un impact énorme sur la façon dont les galaxies sont réparties dans l'espace.

À lire aussi — Voyage sur la Lune, photographie du Big Bang... Voici les projets de la NASA pour les 10 prochaines années

Qu'est-ce que le superordinateur essaie de découvrir ?

Si l'inflation est une partie de l'équation, d'autres faits affectent également la distribution des galaxies, comme la croissance gravitationnelle. Elle peut conduire à la fragmentation des structures gazeuses en astrophysique et en cosmologie et à d'autres variations. Ainsi, Masato Shirasaki et ses collègues ont fait évoluer les 4 000 univers qu'ils avaient mis en place en utilisant uniquement la croissance gravitationnelle.

"Cette méthode peut raccourcir le temps d'observation nécessaire dans les prochaines missions d'étude des galaxies comme SuMIRe par le télescope Subaru de la NAOJ", a déclaré Masato Shirasaki. "En utilisant cette méthode, nous pouvons vérifier les théories de l'inflation avec environ un dixième de la quantité de données".

Qu'est-ce que l'inflation cosmique ?

L'idée de l'inflation a été avancée pour la première fois à la fin des années 1970. Cependant, ce n'est qu'en 2014 que les scientifiques Alexei Starobinsky, Alan Guth et Andrei Linde ont remporté le prix Kavli, pour avoir été les premiers à élaborer la théorie de l'inflation cosmique.

Dans les années 1980, la théorie a été développée pour inclure la manière dont cette inflation explique l'origine de la structure à grande échelle de l'univers (LSS). Au lieu d'examiner des galaxies individuelles ou des groupes de galaxies, la LSS examine les modèles plus larges de la façon dont les galaxies et la matière sont espacées dans le vide sans fin de l'univers.

Version originale : Prabhjote Gill/Business Insider IN

À lire aussi — GRAPHIQUE DU JOUR: la Suisse prend la place des États-Unis sur le podium mondial des supercalculateurs

Découvrir plus d'articles sur :