Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Certains patients atteints du Covid-19 souffrent de délire car la maladie ciblerait l'ensemble du système nerveux


Le Covid-19 peut entraîner différents symptômes neurologiques, comme des difficultés de concentration, une perte de l'odorat et du goût voire des accidents vasculaires cérébraux. © Crystal Cox/Business Insider

Environ la moitié des patients hospitalisés atteints par le coronavirus présentent des symptômes neurologiques, notamment des étourdissements, des difficultés de concentration, une perte de l'odorat et du goût, des convulsions, des accidents vasculaires cérébraux et une faiblesse, selon une nouvelle étude publiée dans Annals of Neurology (Les Annales de la Neurologie). Les résultats montrent que le Covid-19, la maladie causée par le coronavirus, est bien plus qu'une infection respiratoire et constitue plutôt une "menace globale" pour l'ensemble du système nerveux, y compris le cerveau, la moelle épinière et les nerfs, selon les auteurs de l'étude.

"Il est important que le grand public et les médecins en soient conscients, car une infection par le SRAS-COV-2 peut présenter des symptômes de logique neurologique dans un premier temps, avant l'apparition de fièvre, de toux ou de problèmes respiratoires", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Igor Koralnik, professeur de neurologie à la faculté de médecine Feinberg de l'université Northwestern, aux États-Unis, dans un communiqué de presse.

Parmi les autres symptômes neurologiques que les patients ont éprouvés, citons les maux de tête, une baisse de la vigilance et des douleurs musculaires.

A lire aussi L'OMS avertit que le coronavirus pourrait ne 'jamais disparaître'

Des infirmières s'occupent d'un patient atteint de COVID-19 sous respirateur au Desert Valley Medical Group, en Californie. Irfan Khan / Los Angeles Times via Getty Images

Il est logique que le système nerveux puisse être affecté par le Covid-19 si, par exemple, les effets du virus sur les poumons et le cœur rendent difficile l'apport d'oxygène au cerveau. Cela peut à son tour contribuer aux accidents vasculaires cérébraux que certains patients atteints de Covid-19 ont connu. Le virus peut également infecter directement le cerveau, selon les auteurs de l'étude, et la réaction du système immunitaire à ce virus peut provoquer une inflammation qui endommage le cerveau et les nerfs.

Il est trop tôt pour savoir si ou combien de temps les conséquences neurologiques persistent et pour qui, mais Igor Koralnik et ses collègues prévoient de le découvrir en continuant à suivre les survivants qui ont été traités dans leur hôpital.

D'autres études et experts ont souligné les conséquences cognitives à court et à long terme

Cette nouvelle étude aide à encadrer et à commencer à expliquer quelque chose sur lequel de nombreux médecins, patients et prestataires de soins de santé mentale ont attiré l'attention : les taux apparemment importants et la persistance des complications cognitives à court et à long terme du Covid-19.

Selon une étude, jusqu'à 65 % des patients atteints de Covid-19 souffrent de délire, un effet souvent terrifiant après une hospitalisation en soins intensifs, qui peut entraîner des hallucinations, une désorientation, une irritabilité et toute une série d'autres changements cognitifs surprenants. Un expert a qualifié le délire d'"épidémie" en soi.

Les patients hospitalisés atteints de Covid-19 peuvent également être sujets à des crises d'anxiété et de panique, ainsi qu'au syndrome PICS (post-intensive care syndrom ou syndrome de soins post-intensif en français), un ensemble de symptômes comprenant une faiblesse généralisée, des difficultés cognitives et une mauvaise humeur.

Contrairement au syndrome médical de stress post-traumatique, qui est également une préoccupation pour les patients atteints de Covid-19, le PICS n'est généralement pas assez invalidant pour atteindre un niveau clinique de dépression ou d'anxiété, mais il peut accabler les survivants et les membres de leur famille pendant des mois ou des années, a déclaré à Business Insider US le Dr Craig Weinert, pneumologue et médecin de soins intensifs à l'Université du Minnesota, qui a étudié les résultats de santé mentale des patients des unités de soins intensifs.

Crystal Cox/Business Insider

Toute maladie potentiellement mortelle qui a conduit des personnes en soins intensifs peut entraîner des complications cognitives et psychologiques, notamment le délire et le PICS, en raison d'une consommation d'oxygène limitée, de la prise de médicaments sédatifs et de la présence d'un environnement étrange où les patients ne savent pas distinguer le jour de la nuit.

Mais les experts affirment que certains aspects du COVID-19 sont susceptibles de rendre ces conséquences plus fréquentes, notamment la façon dont il peut infecter le cerveau, la durée de la ventilation, les fortes doses de sédatifs et, surtout, l'isolement physique des membres de la famille pendant le traitement.

"C'est un phénomène sans précédent — l'incapacité d'avoir de la famille autour de soi pendant que l'on vit et se remet de cette grave maladie", a déclaré Craig Weinert.

Version originale : Anna Medaris Miller/Business Insider

A lire aussi — 70 % des personnes infectées par le coronavirus ne l'ont transmis à personne, selon cette étude

Découvrir plus d'articles sur :