Ces 14 destinations ont dû prendre des mesures face au tourisme de masse

Venise en Italie. Noralí Emilio/Unsplash

Les touristes peuvent rendre la vie quotidienne des habitants de certaines villes très difficile. Certains n'hésitent pas à vandaliser des monuments historiques, comme ce visiteur qui a gravé son nom sur les pierres du Colisée à Rome, en Italie. De nombreuses villes reçoivent souvent un afflux de touristes en haute saison, parfois beaucoup plus important que leur propre population. Il n'est donc pas surprenant que les locaux soient frustrés par les voyageurs qui visitent leur ville natale. 

Et pour cause, certains touristes peuvent très mal se comporter en voyage en renversant par exemple des objets d'art pendant qu'ils prennent des selfies ou en jetant des objets sur un membre de la garde royale à Londres. Certaines villes ont rencontré tellement de problèmes avec les touristes qu'elles ont limité le nombre de visiteurs par jour. D'autres habitants ont même décidé d'organiser des manifestations pour lutter contre le tourisme dans leur ville. 

Voici 15 lieux qui ont été ruinés par le tourisme :

Bloemenmarkt, Amsterdam

Des fleurs et la foule à l'extérieur du Bloemenmarkt. Ullstein Bild/ Getty

Au centre d'Amsterdam, vous trouverez le Bloemenmarkt, un marché aux fleurs où les boutiques sont installées sur des péniches flottantes. Mais cette attraction populaire est en train de mourir à cause du tourisme excessif.

Le marché remonte à l'époque où les magasins recevaient leurs fleurs directement sur le canal et les vendaient sur les barges, mais aujourd'hui la plupart des magasins ont été transformés en boutiques de souvenirs bon marché.

Michael Saarlos, le dernier fleuriste de Bloemenmarkt, explique que de grands groupes de touristes s'arrêtent pour prendre des photos devant les magasins, ce qui empêche les habitants d'acheter des fleurs. C'est pourquoi les boutiques ne font plus un chiffre d'affaires suffisant. "J'en ai assez de tous ces touristes qui ruinent mon commerce", a déclaré Michael Saarlos au journal néerlandais De Trouw. "S'ils arrivent en groupe, je n'arrive même plus à voir mes propres clients."

Cette année, 18,5 millions de personnes sont attendues à Amsterdam, et ce nombre devrait atteindre 23 millions d'ici 2025.

L'île de Komodo, Indonésie

Des dragons de Komodo sur l'île de Komodo. Barcroft/ Getty

L'île de Komodo en Indonésie a annoncé en avril qu'elle serait fermée aux touristes pendant un an à cause de la diminution de la population de dragons de Komodo. Le ministère indonésien de l'Environnement et des Forêts a déclaré avoir attrapé des contrebandiers qui tentaient de vendre 41 dragons de Komodo sur le marché noir pour 35 000 dollars chacun (environ 31 200 euros).

L'île abrite 1 800 Dragons de Komodo, le plus gros lézard vivant, qui pèse 90 kg et qui peut mesurer jusqu'à trois mètres de long.

Pendant cette année de fermeture, les défenseurs de l'environnement surveilleront l'habitat et s'assureront que les reptiles ont suffisamment de nourriture et un environnement naturel sain. L'objectif étant d'augmenter la population du dragon de Komodo.

Découvrez notre étude — La démographie des réseaux sociaux sur les principales plateformes

Venise, Italie

Place Saint-Marc, Venise. Magnus Manske/Wikimedia Commons

On sait déjà que Venise est en train de couler, et les nombreux touristes qui visitent la ville chaque année ne vont certainement pas aider.

Les habitants se sont plaints que le tourisme, y compris les bateaux de croisière, est responsable de l'augmentation de la pollution dans la ville, et le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO est préoccupé par l'impact que ce tourisme de masse a sur les nombreux sites historiques de Venise.

Venise a mis en place des règles strictes pour les touristes : jeter les détritus, chahuter, se montrer torse nu en public, accrocher des cadenas, écrire ou endommager les arbres ou bâtiments sont des délits punissables. Selon la chaîne américaine CNN, la ville limite même le nombre de nouvelles chambres d'hôtel.

Dubrovnik, Croatie

Dubrovnik, Croatie. CROATIA-EU/BOSNIA REUTERS/Marko Djurica

Dubrovnik, en Croatie, a connu une augmentation significative de son nombre de touristes ces dernières années, en partie due à la popularité de la série "Game Of Thrones" de HBO. Selon le maire de Dubrovnik, la ville côtière que l'on voit fréquemment dans la série, a connu une augmentation de 10% de visites en 2015 en lien avec "Game Of Thrones".

La ville n'a cependant pas été en mesure de faire face à l'afflux récent de touristes. En août 2017, le maire de Dubrovnik a annoncé son intention de réduire le nombre maximum de touristes autorisés dans la ville par jour de 8 000 à 4 000 au cours des deux prochaines années.

Lire aussi — Vous pouvez gagner un voyage en devinant la fin de 'Game of Thrones'

Reykjavik, Islande

Chantier de construction à Reykjavik. Ane Cecilie Blichfeldt/Wikimedia Commons

Reykjavik, en Islande, est une destination populaire, surtout grâce à de récents tarifs aériens intéressants. Cependant, le pays tout entier a été submergé de touristes ces dernières années.

En 2015, 1,26 million de personnes ont visité l'Islande, alors que la population du pays était d'environ 330 000 personnes cette année-là. En 2016, le nombre de touristes américains était à lui seul supérieur à celui de la population locale.

Un politicien local s'est récemment plaint du nombre de touristes, comparant le pays insulaire à Disneyland. Si le tourisme a bien stimulé l'économie après la récession, c'est une mauvaise nouvelle pour les infrastructures locales (il y a des travaux partout) et les prix sur place ont grimpé. 

Cozumel, Mexique

Un bateau de croisière à Cozumel, Mexique. REUTERS/Stringer

Cozumel, au Mexique, est une île magnifique au milieu de la mer des Caraïbes. C'est aussi la deuxième destination de croisière la plus populaire au monde, selon la BBC.

Des récifs coralliens entourent l'île, même si des quantités importantes de corail ont été détruites par des bateaux et des plongeurs sous-marins. Les récifs restants ont également été endommagés par la pollution due au trafic maritime intense.

Barcelone, Espagne

Las Ramblas à Barcelone, Espagne. AP Photo/Manu Fernandez

Les habitants de Barcelone ne cachent pas leur mépris des touristes. En 2017, une manifestation contre le tourisme dans la ville a dégénéré lorsque des manifestants ont attaqué un bus touristique et un hôtel.

Les attractions populaires ont même changé leurs règles à cause de l'activité touristique. La Boqueria, un grand marché public, a interdit les groupes de touristes de plus de 15 personnes en 2015. Avant l'interdiction, de grands groupes de vacanciers bloquaient souvent la circulation piétonnière lorsqu'ils prenaient des photos, ce qui perturbait les vendeurs et les clients réguliers, selon le journal britannique The Telegraph.

Machu Picchu, Cusco, Pérou

Machu Picchu. Louis Hansel/Unsplash

L'ancien village inca de Machu Picchu attire chaque jour des milliers de visiteurs — bien plus que la limite de 2 500 fixée par le Pérou et l'UNESCO en 2011. Mais cet afflux massif de touristes met le site en danger, et cause des dommages irréparables.

Un plan obligeant les touristes à engager des guides et à suivre des itinéraires spécifiques est en cours d'élaboration et devrait être mis en œuvre cette année.

Santorin, Grèce

La ville d'Oia sur l'île grecque de Santorin, Grèce, REUTERS/Cathal McNaughton

Santorin est une île magnifique au large des côtes grecques, bien qu'elle soit souvent remplie de touristes pendant l'été.

A cause de l'afflux saisonnier de vacanciers, l'île a imposé un plafond de 8 000 visiteurs par jour pour les bateaux de croisière. Selon Conde Nast Traveler, 790 000 personnes venant de 636 bateaux de croisière ont visité Santorin en 2015, alors que l'île seule ne compte qu'un peu plus de 15 000 habitants.

Rome, Italie

Rome, Italie. REUTERS/Tony Gentile

Rome est une belle ville remplie de monuments anciens, mais de nombreux touristes ne semblent pas respecter leur histoire.

Le dernier exemple remonte à août 2017, lorsqu'un touriste équatorien a été surpris en train de graver le nom de sa famille sur les pierres du Colisée. Il a été condamné à plusieurs amendes allant jusqu'à 23 000 dollars (environ 20 500 euros) pour avoir vandalisé l'amphithéâtre romain datant d'il y a 2 000 ans.

Lire aussi — Voici les 25 meilleures destinations d'Europe en 2019 selon TripAdvisor

Prague, République Tchèque

Des touristes à Prague. REUTERS/David W Cerny

Prague est une autre ville populaire chez les touristes qui aiment faire la fête grâce à sa vie nocturne animée et à sa bière bon marché.

Les touristes bruyants sont devenus tellement incontrôlables que les autorités locales ont dû intervenir pour imposer une "période de calme nocturne" à l'échelle de la ville dès 22 heures, selon la chaîne CNN.

L'île Big Major Cay, Bahamas

La plage des cochons. Forest Simon/Unsplash

Les adorables cochons nageurs de l'île Big Major Cay, aux Bahamas, meurent en grand nombre car les touristes les nourrissent directement sur la plage, ce qui les pousse à ingérer trop de sable.

Le fait que les touristes peu scrupuleux leur donnent régulièrement de la bière et du rhum et essaient même parfois de monter sur eux, n'aide pas. Les propriétaires des cochons collaborent désormais avec le gouvernement pour mettre en œuvre un règlement.

Amsterdam, Pays-Bas

Amsterdam, Pays-Bas. Noralí Emilio/Unsplash

Amsterdam est depuis longtemps une destination populaire pour les fêtards, mais le directeur général du marketing d'Amsterdam, Frans van der Avert, a déclaré à Travel Weekly : "Beaucoup de petites villes historiques en Europe sont détruites par les visiteurs."

Les sites de location de vacances, comme Airbnb, ont eu des effets négatifs sur la ville, selon Frans van der Avert, qui a déclaré qu'ils avaient pris le contrôle du quartier des canaux.

En réponse à l'augmentation du tourisme, la ville a mis en place des restrictions sur Airbnb de sorte qu'une location ne peut pas accueillir plus de quatre personnes à la fois, et ne peut pas proposer ses services plus de 60 jours par an.

Lire aussi — Les 10 aéroports qui offrent les plus belles vues à l'atterrissage

Cuba

Selon le New York Times, un nombre record de 3,5 millions de visiteurs l'an dernier a entraîné une pénurie alimentaire pour les habitants. Ces derniers étaient aussi incapables d'acheter de nombreux articles de première nécessité, dont les prix ont monté en flèche à mesure que les hôtels s'approvisionnent.

Le gouvernement cubain a depuis imposé un plafonnement des prix des produits de première nécessité afin de les rendre abordables pour la population locale.

Version originale : Madeline Diamond et Frank Olito/INSIDER


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 24 villes dans le monde où le nombre de visiteurs a le plus progressé en 2018

VIDEO: On a navigué sur la Seine à bord du bateau-taxi futuriste de Sea Bubbles — un jour vos déplacements pourraient ressembler à ça