Publicité

Ces 6 choses à savoir sur Mere, l'enseigne de hard discount russe qui arrive en France

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ces 6 choses à savoir sur Mere, l'enseigne de hard discount russe qui arrive en France
Devanture d'un supermarché Mere à Leipzig, en Allemagne, ouvert depuis 2019. © Getty Images/picture alliance
Publicité

Si vous n'aimez pas les palettes, passez votre chemin. Dans les magasins de l'enseigne Mere, les produits sont disposés de façon très sommaire sur des palettes en bois ou dans des caisses et cartons posés à même le sol. Pour trouver le prix des articles vendus, des affichettes jaunes format A4 sont scotchées directement sur les produits. Et si vous avez une question sur un article ? Pas la peine de chercher du personnel dans ces supermarchés, les salariés sont aux abonnés absents. Mais une chose est sûre : le ticket de caisse ne devrait pas être trop élevé au moment de faire vos courses.

Créé en Russie, ce véritable "hard discounter" appartient au groupe de distribution d'origine russe Torgservis, fondé en 2009 en Sibérie. La chaîne de supermarchés devrait inaugurer ses premiers magasins en France d'ici la fin de l'année 2021. Selon Capital, qui cite une responsable de l'enseigne, des ouvertures seraient prévues "d'ici quatre à cinq mois" dans trois villes de l'Hexagone, a priori dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Hauts-de-France.

À lire aussi — Voici la liste des magasins Lidl et Aldi qui ouvrent en France ce mois-ci

Découvrez 6 choses à savoir sur l'enseigne russe Mere qui arrive bientôt en France :

Une seule obsession pour le hard discounter : les prix les plus bas possibles

Svetofor

Son slogan parle de lui-même : "Seuls les prix les plus bas tous les jours". Pour le hard discounter russe, l'objectif est de s'afficher 10 à 20% moins cher que ses concurrents, selon Le Monde. Et pour y arriver, tous les moyens possibles sont mis en place par Mere : un service en magasin réduit au strict minimum, peu de choix de produits (environ 10 fois moins que dans un supermarché normal), aucun effort sur la mise en avant des denrées et des charges baissées au maximum, notamment sur les loyers des points de vente.

L'origine des produits vendus dans ces supermarchés serait parfois difficile à trouver

TF1/Journal de 20h

Dans un reportage diffusé au journal de 20h de TF1 en décembre dernier, un journaliste de la chaîne se rendait dans un magasin Mere situé en Allemagne. La découverte des produits pendant le reportage avait soulevé plusieurs questions, notamment au regard des étiquettes. Concernant leur composition, il citait par exemple un miel composé à 90% de sirop de glucose. Sur l'origine géographique des produits vendus dans le supermarché outre-Rhin, du lait concentré et du blé venaient directement de Russie, les fournisseurs changeant a priori au rythme des faillites qui permettent à l'enseigne de mettre la main sur des stocks de produits à prix bradés. Pas plus de précisions quant à l'étiquette d'un "vin d'Italie", qui reprend tous les codes du genre sur son emballage, sans garantir pour autant sa provenance géographique.

Victime de son succès en Allemagne, un magasin Mere a dû fermer ses portes 5 jours après son ouverture

Getty Images/picture alliance

Début février 2019, un point de vente Mere a ouvert ses portes à Leipzig, en Allemagne. Après seulement une semaine d'ouverture, le hard discounter russe a dû fermer les portes de son nouveau magasin à cause de goulots d'étranglement au niveau de l'approvisionnement. Une trop forte affluence les premiers jours d'ouverture avait créé de nombreuses ruptures de stock, avait indiqué à l'époque une porte-parole de l'enseigne. Le magasin Mere avait alors fermé ses portes pendant deux jours avant de pouvoir rouvrir.

Le groupe Torgservis, propriétaire de l'enseigne Mere, compte 1 500 magasins en Russie

Svetofor

Fondé en 2009 en Sibérie, le groupe Torgservis compterait désormais plus de 1 500 magasins en Russie. Il comprend les enseignes Mayak ("phare" en russe), mais aussi Svetofor ("feu de signalisation") et Mere. Torgservis s'est aussi déployé en Biélorussie, en Chine, au Kazakhstan, mais aussi en Europe depuis 2019.

Les supermarchés Mere ne seront pas de vrais concurrents d'Aldi et de Lidl en France

Business Insider France/Claire Sicard

On qualifie souvent les magasins Mere de "nouveau Lidl" ou "nouveau Aldi". C'est sans compter sur l'évolution de ces deux enseignes en France ces dernières années. Les supermarchés Lidl ont débarqué dans l'Hexagone en 1989 et ils reprenaient à l'époque tous les codes du hard discount : prix très bas, produits sur les palettes ou dans des cartons, peu de services, etc. Même chose pour l'enseigne Aldi arrivée en France l'année d'avant. Depuis, les deux groupes ont évolué vers ce que l'on appelle du "soft discount" : des prix bas, certes, mais dans des magasins rénovés proposant de plus en plus de produits frais et de marques nationales. Une montée en gamme qui différencie très clairement Aldi et Lidl des futurs points de vente Mere.

Les magasins Mere devraient se multiplier en Europe

Unsplash/Eduardo Soares

En 2019, le groupe russe Torgservis ouvrait son premier point de vente en Allemagne, à Leipzig. Deux autres se sont installé outre-Rhin ces derniers mois. On trouve également des supermarchés Mere en Pologne, en Roumanie et en Lituanie. Et l'enseigne vient d'inaugurer deux autres magasins en Espagne : dans la banlieue de Madrid et près de Valence. Ces prochaines semaines, des inaugurations seraient prévues en Angleterre, avant la France en fin d'année. Cette accélération est facilitée par la crise économique liée à la pandémie de coronavirus, qui voit de plus en plus de ménages européens fragilisés en termes de pouvoir d'achat.

À lire aussi — GiFi, Centrakor, Stokomani, NOZ, KLO... La liste des prochaines ouvertures de magasins en France

Découvrir plus d'articles sur :