Ces 9 animaux peuvent réellement devenir des zombies comme dans 'The Walking Dead' ou 'Game of Thrones'

Dans "Game of Thrones", le Roi de la Nuit peut utiliser la magie pour réanimer des cadavres. HBO

Les zombies sont omniprésents dans la culture populaire. De "Frankenstein" de Mary Shelley à des films comme "World War Z", en passant par des émissions de télévision comme "The Walking Dead", les morts-vivants apparaissent partout. Même les marcheurs blancs dans "Game of Thrones" lèvent une armée de morts-vivants, des cadavres qui ont été réanimés par art de magie, et tuent sur ordre du Roi de la Nuit.

Les zombies sont généralement définis comme des créatures réanimées de manière surnaturelle, sans volonté, qui se comportent parfois de façon très étrange. Bien qu'une apocalypse de zombies puisse sembler impossible, beaucoup de vrais virus et parasites peuvent amener des membres du règne animal à agir comme des morts-vivants. La rage, par exemple, provoque des comportements agressifs et étranges, et certaines piqûres d'insectes permettent à un type de petite bêtes d'exercer sa volonté sur une autre.

À lire aussi : Jonathan la tortue, Ming la palourde... Voici les 11 animaux les plus vieux du monde, classés par âge

Certaines histoires fictives dépeignent même la condition de zombie comme étant transmise par des morsures ou des fluides corporels (nous le voyons dans les films "I Am Legend" et "28 Days Later"). Ce type de transmission arrive réellement avec la maladie du dépérissement chronique, qui affecte le cerveau et le système nerveux central des cervidés. Voici neuf cas où les animaux ont des comportements semblables aux zombies. 

La maladie du dépérissement chronique des cervidés, aussi connue sous le nom de "maladie du cerf zombie", est un type de maladie neurodégénérative que l'on retrouve chez les animaux à sabots comme le wapiti, les élans et diverses espèces de cerfs.

La maladie du cerf zombie affecte le cerveau et le système nerveux de l'animal. Les animaux infectés perdent du poids à un rythme rapide et finissent par trébucher dans la confusion, ils connaissent aussi l'hyper-salivation et l'apathie, d'où le surnom de zombie. Bien qu'aucune transmission de cerf à l'homme n'ait encore été signalée, les experts craignent que cela ne puisse se produire.

D'autres maladies neurodégénératives dues aux protéines prions ont affecté l'homme dans le passé. La maladie de la vache folle en est un exemple, de même qu'une maladie appelée "kuru" qui s'est répandue parmi le peuple Fore, une tribu indigène de Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans les années 1950 et 1960.

Les Fore étaient connus pour préparer un rituel où ils mangeaient le cerveau des parents décédés, mais cela a déclenché une épidémie de kuru, selon NPR. La maladie semble s'être propagée à partir de tissus cérébraux infectés. Les personnes qui ont contracté la maladie ont perdu la capacité de contrôler leurs membres et leurs fonctions corporelles.

Le virus de la rage peut entraîner des délires, la paralysie partielle et l'hyper-salivation s'il n'est pas traité.

Les ratons laveurs peuvent être porteurs du virus de la rage. Erwan Hesry/Unsplash

La rage est une maladie virale généralement transmise par la morsure d'un animal infecté. Elle se propage lorsque la salive d'une créature infectée pénètre dans le sang, les yeux, le nez ou la bouche d'un autre animal. La rage commence de façon assez inoffensive avec des symptômes semblables à ceux de la grippe, mais elle peut devenir mortelle.

S'il n'est pas traité, le virus provoque un gonflement du système nerveux central (cerveau et colonne vertébrale), ce qui entraîne des symptômes physiques plus graves, notamment la paralysie, des crises et des spasmes musculaires qui peuvent entraîner des postures inhabituelles.

Au fur et à mesure que le virus progresse, il provoque un comportement anormal chez les animaux et altère leur équilibre et leur coordination. Ils hyper-salivent et ont de la difficulté à respirer et à avaler. Parfois, les créatures infectées par la rage agissent de façon agressive jusqu'au point de s'auto-mutiler.

Les ratons laveurs, les mouffettes, les renards, les coyotes et certaines espèces de chauves-souris peuvent être porteurs de la rage. Ces animaux peuvent le transmettre aux chiens, aux chats et même aux humains.

Chaque année, 55 000 personnes meurent de la rage dans le monde. Heureusement, le vaccin antirabique est efficace à 100% après l'exposition s'il est administré avant l'apparition de symptômes graves.

Comme la rage, la maladie du sommeil en Afrique affecte le système nerveux de l'animal.

Les mouches tsé-tsé propagent la maladie du sommeil chez les humains et les animaux.
Alan R Walker/Wikimedia Commons

En Afrique, la maladie du sommeil est causée par des parasites transmis par la piqûre de la mouche tsé-tsé. La maladie peut toucher de nombreux types de mammifères, notamment les bovins, les moutons, les éléphants, les cerfs de Virginie d'Afrique du Sud et les primates. Les animaux infectés deviennent apathiques et émaciés, perdent leurs poils et s'affaiblissent jusqu'à ce que la paralysie s'installe.

Le symptôme le plus notable de la maladie du sommeil, qui donne son nom à la maladie, survient après que le parasite a envahi le cerveau : les personnes infectées sont incapables de dormir la nuit et ne peuvent pas rester éveillées pendant la journée.

Les humains peuvent contracter la maladie du sommeil ; les personnes infectées souffrent de fièvres et de douleurs musculaires, suivies d'une détérioration mentale, de changements de personnalité et de problèmes de marche et d'équilibre si la maladie n'est pas soignée. Il n'existe pas de vaccin pour prévenir la maladie du sommeil, mais plusieurs traitements médicamenteux sont disponibles pour les patients infectés.

"Les victimes ont du mal à se concentrer. Elles deviennent irritables, leur discours est mal prononcé et elles arrêtent de manger", a déclaré Sanjeev Krishna, professeur de médecine à l'Université de Londres, à la BBC, ajoutant qu'il s'agit "d'une infection d'une nature cauchemardesque, réduisant nombre de ses victimes à un état zombie avant leur passage dans le coma et leur mort".

Maladies mises à part, le règne animal peut aussi se vanter de quelques exemples proches de la façon dont le Roi de la Nuit prend le contrôle sur les créatures dans 'Game of Thrones'. Des champignons parasites, par exemple, peuvent asservir les fourmis.

Les fourmis charpentières sont victimes des choix d'un champignon appelé Ophiocordyceps unilateralis. DeAgostini/Getty

Un champignon appelé Ophiocordyceps unilateralis, que l'on trouve dans les jungles du Brésil, se reproduit et se propage en détournant l'esprit des fourmis charpentières des alentours.

Selon une étude réalisée en 2014, le champignon parasite infecte la fourmi avec des spores mortelles qui libèrent des produits chimiques permettant au champignon de prendre le contrôle du système nerveux de l'infortuné insecte.

Le champignon force la fourmi à grimper sur une plante jusqu'au niveau exact de hauteur et d'humidité dont le champignon a besoin pour pousser. Ensuite, il conduit la fourmi à serrer ses mâchoires autour d'une feuille avant de tuer la marionnette contre son gré.

Après cela, le champignon se développe à l'intérieur du corps de la fourmi morte, en poussant parfois sous forme d'une longue tige hors de la tête de l'insecte mort. La tige libère plus de spores qui infectent les nouvelles fourmis.

La guêpe émeraude peut transformer les cafards en hôtes passifs pour ses larves.

La guêpe émeraude transforme les cafards en "zombies" fonctionnels. Kull Bora/Pixabay

La guêpe émeraude peut manipuler le comportement des cafards, les forçant à la servitude. Selon une étude réalisée en 2014, cette guêpe paralyse d'abord sa victime par une piqûre, puis pique le cafard sans défense une deuxième fois, en insérant le dard dans son cerveau avec une précision chirurgicale.

Cela donne à la guêpe un contrôle total sur le cafard. L'insecte finit par retrouver sa capacité de bouger, mais il ne peut plus initier ses propres actions ; la guêpe contrôle son corps et son esprit. La guêpe pond ensuite ses œufs dans l'abdomen du cafard zombie.

D'autres espèces de guêpes sont également connues pour piquer les blattes puis pondre des œufs dans l'abdomen de leurs victimes. Mais les tactiques de contrôle du cerveau de la guêpe sont les plus sinistres.

Les vers parasites forcent les cloportes à devenir des proies faciles pour les oiseaux, car pour atteindre leur pleine maturité, les vers doivent se trouver à l'intérieur du tube digestif des oiseaux.

Le cloporte devient l'hôte d'un parasite intestinal. Franco Folini/Wikimedia Commons

Le cloporte, ou armadille vulgaire, ingèrent et deviennent parfois les hôtes involontaires d'un ver parasite appelé acanthocéphale.

Le parasite doit pénétrer dans le tube digestif des oiseaux pour atteindre sa pleine maturité. Ainsi, le parasite s'empare du cerveau d'un insecte malheureux, grandit à l'intérieur de celui-ci et incite l'insecte à se livrer comme nourriture pour oiseaux.

Le ver force le cloporte à s'exposer à la lumière du jour, au lieu de rester bien en place sous un rocher ou une souche. Elle amène également le cloporte, qui est de couleur foncée, à se déplacer sur une surface légèrement colorée, où les oiseaux comme les étourneaux peuvent mieux la voir. Ensuite, l'insecte contrôlé par le ver attend d'être mangé, et le parasite finit par se rendre dans son lieu de croissance préféré.

Une guêpe équatorienne peut transformer une araignée en zombie qui obéit à ses ordres.

Selon une étude de 2018, la guêpe Zatypota pond ses oeufs dans l'abdomen d'Anelosimus eximius, une sorte d'araignée qu'on appelle sociale. L'araignée est connue pour coopérer avec des milliers de membres de sa famille dans une maison communautaire, partageant les tâches de chasse, d'éducation et d'alimentation. Mais après être devenue la victime de la guêpe, le comportement de l'araignée change.

Une fois que la guêpe a déposé ses œufs, la larve s'attache à l'araignée et force sa victime à s'éloigner de son nid commun. L'araignée crée alors sa propre toile en forme de cocon et la larve se nourrit du sang de sa victime jusqu'à ce que l'arachnide meure.

Une espèce de guêpe du Costa Rica cible également les araignées comme hôtes de ses larves.

Une araignée femelle adulte Leucauge argyra. AlaskaDave25/Wikimedia Commons

La guêpe parasite Hymenoepimecis argyraphaga au Costa Rica pond ses œufs dans l'abdomen de l'araignée Leucauge argyra. Les larves de guêpes éclosent et absorbent les nutriments de l'araignée pendant quelques semaines, puis injectent à leur hôte un produit chimique qui leur permet de construire une toile extrêmement solide.

Certaines balanes, un genre de crustacé, s'emparent du corps des crabes et castrent les crustacés dans le processus.

Une balane sacculina carcini est visible sur l'abdomen d'une femelle de crabe de rivage. Auguste Le Roux/Wikimedia Commons

Au lieu de s'attacher aux rochers, les larves de balane sacculina carcini se fixent sur l'abdomen des crabes. Ils injectent alors au crabe un parasite qui se propage lentement dans le corps de la créature réticente et s'empare de son cerveau. La balane castre alors le crabe, et le crustacé devient le foyer de nouveaux bébés balanes avant que le parasite ne le tue complètement.

Version originale : Aylin Woodward/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 16 signes qui montrent que les animaux et les plantes vivent une 6e extinction de masse

Apple rend accessible iTunes sur les téléviseurs Samsung — et ça laisse entrevoir la manière dont la marque à la pomme lancera son propre service vidéo