Nouveau coup dur pour le leader européen du bricolage. Le groupe britannique Kingfisher, maison-mère de Castorama, vient d'annoncer qu'il fermerait plusieurs de ses magasins en France; 11 points de vente seraient ainsi concernés. Il juge en effet que la rentabilité de ces magasins en particulier est insuffisante. Ces dernières années, Kingfisher a vu son résultat courant diminuer de 13 % à 693 millions de livres (809 millions d'euros), notamment à cause de Castorama. 

Si le groupe n'a pas encore communiqué sur les magasins concernés, nos confrères d'Europe 1 se sont procurés la liste. Il s'agit de ceux de Flandres (Paris 19e), de la Défense (Hauts-de-Seine), d'Eragny (Val d'Oise), Darnetal (Seine Maritime), d'Ezanville (Val d'Oise), de Ballainvilliers (Essonne), d'Angers (Maine et Loire), d'Hellemmes (Nord), et celui de Pontault (Seine-et-Marne). On ne connaît pas encore les noms des deux Brico Dépôts qui seront fermés mais le magasin de Calais serait concerné, selon France Bleu

Voir en plein écran 

"Certains magasins ne sont pas rentables et affichent des rendements faibles", peut-on lire dans le communiqué publié ce mercredi qui dévoile également ses résultats annuels. "Ils ont connu un déclin régulier du trafic client, malgré des initiatives de redynamisation, et leurs projections demeurent négatives", poursuit la société. 789 personnes sont concernées par cette fermeture de magasins mais elles se verront proposer un poste similaire au sein des deux enseignes en France (101 Castorama et 123 Brico Dépôt).

Le groupe a annoncé au même moment le départ de sa directrice générale Véronique Laury, en poste depuis 2014, même si aucune date n'a encore été fixée. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Castorama poursuit sa chute — et sa patronne dit qu'il n'y a pas de 'solution miracle'