Ces études prouvent que le gras ne vous fera pas grossir, mais que le sucre si

Le "Millionaire's bacon". Melia Robinson/Business Insider

Dans une Coupe du monde des guerres alimentaires, le sucre et le gras seraient les équipes des séries éliminatoires. Il parait évident que des aliments riches comme les avocats crémeux ou le saumon imbibé de beurre contribueraient à la prise de poids. De la même façon, enchaîner les sucreries comme des céréales sucrées et des bagels riches en glucides ne peut pas, non plus, faire du bien à votre tour de taille. Mais les scientifiques étudient de plus en plus ce qui se passe à l'intérieur de notre corps lorsque nous consommons régulièrement de grandes quantités de sucre ou de gras.

Dans de nombreuses régions du monde, les deux ingrédients sont rarement consommés seuls. Prenons l'exemple des beignets. Lorsque la pâte fraîche chargée de glucides est frite dans l'huile, vous obtenez une combinaison classique de sucre et de gras avec une saveur riche et une sensation en bouche puissante à laquelle il est difficile de résister. Mais de plus en plus d'éléments de preuves tendent à suggérer que lorsqu'elles sont consommées de manière isolée, les graisses ne contribuent pas à la prise de poids. D'autre part, des douzaines d'études indiquent que le sucre seul est significativement lié à la prise de poids. 

Et ce n'est pas tout. Une récente enquête a révélé que la consommation de boissons sucrées, comme les sodas, était associée à un risque accru de décès, en particulier chez les personnes qui consommaient au moins deux verres par jour.

Aaron Carroll, professeur de pédiatrie à la faculté de médecine de l'Université d'Indiana (Etats-Unis), décrit la relation entre la consommation de gras et le gain de poids de la façon suivante dans son livre intitulé "The Bad Food Bible : How and Why to Eat Sinfully" (que l'on pourrait traduire en français par "La Bible de la mauvaise nourriture : Comment et pourquoi manger dans le péché) : "Il y a une chose que nous savons sur les graisses", écrit-il. "La consommation de matières grasses ne provoque pas de prise de poids. Au contraire, ça pourrait nous aider à perdre quelques kilos".

Cela signifie que les aliments comme les avocats au beurre, le saumon et les noix savoureuses devraient probablement avoir une place dans votre alimentation. Si vous les avez bannis pendant les régimes faibles en gras, à la mode dans les années 1990, il est temps que ces aliments fassent leur retour.

Vous trouverez vos preuves dans le pudding

Gene Kim

Pour déterminer quel ingrédient - le gras ou le sucre - provoque le plus d'effets nocifs sur la santé, il est utile de comparer les personnes qui ont consommé des aliments faibles en gras ou en glucides.

À maintes reprises, des études ont suggéré que les personnes qui réduisent leur consommation de gras, non seulement ne perdent pas de poids, mais ne remarquent pas non plus d'autres améliorations au niveau de la santé comme la baisse du risque de maladie.

En revanche, les gens qui mangent beaucoup de gras mais qui limitent leur consommation de glucides raffinés comme les céréales sucrées, le pain blanc et le riz blanc ont tendance à constater ces effets positifs sur leur corps. 

En d'autres termes, les preuves du fait que c'est le sucre qui fait grossir se trouvent dans le pudding - littéralement. 

Récemment, dans le cadre d'un vaste examen d'études publiées dans la revue The Lancet, les scientifiques ont comparé plus de 135 000 personnes dans 18 pays sur des régimes à faible teneur en gras ou en glucides. Les personnes qui suivaient un régime faible en gras étaient plus susceptibles de mourir de n'importe quelle cause ; elles avaient également plus de risques de mourir d'une crise cardiaque ou d'une maladie cardiaque. Par contre, les personnes qui suivaient des régimes à faible teneur en glucides présentaient, elles, un risque considérablement plus faible d'obtenir ces deux résultats.

Les auteurs ont conclu leur article en estimant que cette découverte était si forte que "les recommandations alimentaires mondiales devraient être reconsidérées".

Que se passe-t-il quand on réduit le gras ?

Rob Ludacer

Cette conclusion est d'autant plus logique si l'on considère ce qui se passe lorsque les gens essaient de réduire la teneur en gras de leur régime alimentaire. En général, ils finissent simplement par échanger des ingrédients riches ou crémeux avec des aliments remplis de sucre et de glucides.

Au cours d'un test de huit ans auquel ont participé près de 50 000 femmes, les scientifiques ont demandé à la moitié d'entre elles de suivre un régime faible en gras. Non seulement ces femmes n'ont pas perdu beaucoup de poids, si ce n'est pas du tout, mais elles n'ont pas non plus constaté de diminution du risque de cancer du sein, de cancer colorectal ou de maladies cardiaques - des résultats généralement associés à un régime alimentaire plus sain.

Une partie du problème réside dans ce qui se passe avec le reste de notre alimentation, lorsque nous essayons soudainement de ne manger que des aliments faibles en gras.

La plupart des produits prêts-à-manger que l'on trouve sous le label "faible en gras" sont riches en sucre et en glucides. Prenez n'importe quels yaourts, céréales, barres au muesli et vérifiez l'étiquette nutritionnelle : ils sont tous riches en sucre et en glucides malgré leur faible teneur en gras.

D'autres études suggèrent que ces deux ingrédients sont fortement liés à la prise de poids. Un examen de 50 études sur l'alimentation et la prise de poids publié dans la revue Food and Nutrition Research a révélé qu'en moyenne, plus une personne consomme des céréales raffinées (comme celles provenant de céréales transformées et de barres au muesli), plus elle a tendance à prendre du poids pendant la période étudiée.

Ainsi, bien que les produits "faibles en gras" soient tous commercialisés comme des outils de perte de poids, la réalité est que ces produits peuvent contribuer beaucoup plus à la prise de poids qu'un simple produit riche en gras avec moins de glucides raffinés.

Le message à retenir ici est que les matières grasses sont un ingrédient diététique essentiel, alors que le sucre - bien qu'il soit omniprésent dans des dizaines d'aliments de tous les jours - ne l'est pas. Cela signifie que même s'il faut plus de travail pour réduire votre consommation de sucre, les données disponibles suggèrent que c'est une lutte plus utile que la réduction de la teneur en gras.

Version originle : Erin Brodwin/Business Insider 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : J'ai mesuré tout ce que je grignote au bureau pendant une semaine — et j'ai identifié ce qui déclenche ces craquages

VIDEO: Des entraînements militaires sont organisés dans toute la France pour donner envie aux gens de faire du sport — voici en quoi consiste une session