Ces graphiques montrent que la stratégie choisie par Jay Z pour lancer Tidal est aussi sa plus grande faiblesse

Rihanna dans le clip "We Found Love". YouTube/RihannaVEVO

Jay Z a réalisé une belle affaire ce lundi 23 janvier 2017.

L'opérateur télécom américain Sprint a acquis 33% de Tidal, la plateforme de musique en ligne que l'artiste avait racheté en 2015, pour 200 millions de dollars (186 millions d'euros).

L'opération valorise Tidal à 600 millions de dollars (558 millions d'euros). En 2015, Jay Z l'avait racheté pour 56 millions de dollars.

Pourtant la plateforme de musique en ligne souffre d'une grosse faiblesse inhérente à son modèle. 

Tidal mise sur la sortie de gros albums en exclusivité pour attirer de nouveaux abonnés.

Comme on peut le voir sur ce graphique de SurveyMonkey Intelligence, le nombre de téléchargements de l'appli a augmenté en flèche au cours de l'année 2016 à la sortie des derniers disques de Rihanna, Kanye West et Beyoncé.

Cette stratégie rappelle ce que fait Netflix en produisant des programmes originaux comme "House of Cards", "Orange is the new black" ou récemment "Stranger Things", proposées en exclusivité sur sa plateforme.

Mais le plus difficile vient après: il faut retenir les utilisateurs attirés par une exclusivité ponctuelle.

Comme on le voit sur ce deuxième graphique, la majorité des clients de Tidal profitent du mois d'essai gratuit sur la plateforme, oublient de se désabonner puis le font quelques jours après s'être rendus compte qu'ils ont été débités après le mois gratuit.

Les deux pics du graphiques correspondent à un mois pile après la sortie des albums de Kanye West et Beyoncé.

Ce graphique montre l'évolution des revenus engrangés par l'appli Tidal. SurveyMonkey Intelligence/Business Insider

En février 2016 déjà, on remarquait que la stratégie d'exclusivité n'avait pas permis à Tidal de se positionner pour réellement défier Spotify

Par ailleurs, Tidal cumule les déconvenues depuis quelques mois. En septembre 2016, on apprenait que l'entreprise avait doublé ses pertes sur un an

Le 20 janvier dernier, le site d'information norvégien Dagens Næringsliv a révélé que Tidal avait à plusieurs reprises gonflé son nombre d'abonnés dans des communiqués de presse. 

Une seule raison pourrait avoir motivé Sprint dans l'achat des parts de Tidal : faire profiter des contenus de la plateforme aux 45 millions d'abonnés Sprint, et donc élargir très largement sa base de consommateurs.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le service de musique en ligne Tidal de Jay-Z est soupçonné de gonfler le nombre de ses utilisateurs

VIDEO: Voici pourquoi vous ne devriez jamais verser d'huile d'olive dans l'eau de cuisson de vos pâtes